22/10/2019  |  5247 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/10/2019 à 17:31:11
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
No One Is Innocent

+ Prototypes
+ Experience
La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
vendredi 15 octobre 2004

Quand on se fait chier à faire de la musique de merde, ne faudrait-il pas savoir dire stop au lieu de faire semblant dans l’espoir de récolter un peu d’argent ? Voilà la question prégnante que nous a évoquée la soirée réunissant Prototypes (une parodie électro rock sans conviction), Experience (l’émanation pseudo intello et foireuse des déjà fatiguants Diabologum) et les chantres de la révolution capitalisant sur leur passé - un comble ! - pour tenter un retour, No One Is Innocent

Voici un bref résumé d’une soirée sacrément merdique… Tout avait commencé par Prototypes, vaste entreprise de foutage de gueule orchestrée par les deux membres de Bosco, ravis de surfer sur la vague du retour du rock, tout en faisant déblatérer des conneries à une jeune femme sexy (c’est très tendance en ce moment)… A part le bassiste - qui tente de sauver la face en gesticulant et en hurlant avec un minimum de conviction - tout le monde semble s’emmerder fermement sur scène. La palme revenant au guitariste quasiment endormi, et on le serait à moins si l’on considère le niveau de ses « compositions », vraiment affligeant. La chanteuse arrive juste derrière dans ce classement du pire : elle prend un air idiot et renfrogné pour déclamer des banalités désespérantes comme Danse sur la merde qui passe à la radio, Fils de bourge, Totale paranoïa ou 06 60 92 92… Il paraît que c’est très drôôôôle, « c’est très second degré, c’est une critique de nos sociétés, tu vois ». Non, on ne voit pas… Ou plutôt si on voit bien venir le navrant Valery Zeitoun (Pop stars) qui essaie encore de nous vendre un des étrons musicaux figurant sur le catalogue de son label AZ, filiale d'Universal. Nauséabond…

La suite l’est moins, il ne faut pas exagérer non plus. Mais cela n’empêche pas Michel Cloup d’enfoncer le clou en continuant sempiternellement à nous gaver avec ses discours volant ridiculement bas. Certains le soutiennent toujours, malgré la vacuité du propos et l’indigence des morceaux d'Hémisphère gauche ; le public, lui, s’en contrefout : si les fans de No One Is Innocent n’étaient pas restés pour voir leur groupe, Experience aurait joué devant 20 personnes, comme lors de sa dernière venue à la Coopé. Fort marri par l’accueil glacial, le leader d’Experience tentera bien de réveiller les consciences, en descendant vociférer dans la fosse à deux reprises, sans doute pour Massacrer l'ennui... Quand il hurle pour la cinquantième fois à deux mètres de nous « Pauvres petits occidentaux » - une charge virulente (ouh, là là !) contre notre manière de vivre en Occident -, on ne peut que lui rétorquer le plus fort possible : « ta gueule » !

Cela, on aurait aimé également le dire à Kemar mais son groupe de métalleux fait vraiment trop de bruit (mention spéciale au guitariste chevelu très fier d’arborer l’effigie de Che Guevara sur son instrument, Ouarf)… Le combo puissant et renouvelé à 100% (sauf le chanteur, malheureusement) s’y entend parfaitement pour délivrer un rock 'n rap metal qui semble ravir les kids, particulièrement en joie sur Helter skelter (le meilleur morceau : normal, il est signé par les Beatles), Break the silence, La peau, Personal Jesus (une reprise de Depeche Mode, c’est obligatoire ces jours-ci) et le dernier single, le très racoleur et convenu Revolution.com. Selon le leader de No One Is Innocent il aurait décidé de « reformer » son groupe parce qu’il avait des choses nouvelles à dire. Après ce concert, on cherche toujours la nouveauté : on a surtout remarqué que ce gars là continuait à nous infliger le même discours anti FN (fort heureusement, on ne l’a pas attendu pour « emmerder le front national »), les mêmes compositions clones de Rage Against The Machine et les mêmes sauts pseudo énervés qui font le bonheur des photographes… Ce qui a changé par contre en 2004 pour No One Is Innocent, c’est que la foule des grands jours n’était pas au rendez-vous dans la grande salle de la Coopérative de Mai, il y a quand même parfois une justice ! A force de se faire prendre pour des cons, les gens ont sans doute préféré rester à la maison pour danser sur la merde qui passe à la radio (ou à la télé). Pour une fois, on ne leur donnera pas tort…


prototypesonline.artistes.universalmusic.fr
www.labels.tm.fr/fr/artiste.asp?artiste=EX00X
nooneisinnocent.artistes.universalmusic.fr


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 17/10/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire