25/04/2017  |  4794 chroniques, 159 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/04/2017 à 11:48:39
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
R.E.M.

+ Joseph Arthur
Le Dôme (Marseille)
mardi 11 janvier 2005

« R.E.M. - ENORME » titre au lendemain de la performance des Atheniens le plus célèbre quotidien provençal. Après une première partie honnête (Joseph Arthur), le trio renforcé investit le Dôme de Marseille (appelé également Zénith), endroit très chaleureux contenant environ 6000 personnes ce soir (retour à l’intimité ?).

Departure qui porte bien son nom, puis Begin the begin (« the insurgery began and you missed it...») laissent entrevoir une set-list liant titres anciens et récents comme au cours de la tournée US. Le chanteur aux yeux grimés introduit Imitation of life en disant : « Cette chanson a été n°1 des hit singles au Japon… » avec un léger sourire en coin, puis explique qu’High speed train a été composé dans le TGV Paris-Marseille (d’où la présence des Américains ce soir en cette région habituellement footballistique). Beaucoup d’autres anecdotes vont agrémenter ce concert, Rockville chanté par Mike Mills ou les 34 bougies d’un roadie célébrées par un gâteau sur scène et un joyeux anniversaire entonné par Stipe et repris par la foule, en français bien sûr ! I’ve been high (Reveal - 2001) est superbement vocal, avant que le chanteur ne s’excuse au nom de la nation Américaine pour la guerre en Irak ! I wanted to be wrong (et la danse recroquevillée de Stipe sous des néons tricolores !), suivi de The final straw (« Love will be my strangest weapon, I do believe that i’m not alone ») qui doit être la plus belle chanson de R.E.M. depuis certains titres de Up (1998).
Ken, Bill et Scott tiennent efficacement leurs instruments tandis que Peter Buck brille sur des chansons comme Life and how to live it (que du bonheur !) ou Walk unafraid (magnifique, une fois de plus).


Mike Mills à Marseille (photo REMHQ)

Rappel, puis Michael Stipe présente le groupe avec son classique « We are R.E.M. and this is what we do » avant un Drive d'anthologie, extrait d’un album qui l’est tout autant (Automatic for the people - 1992). Le concert se terminera avec le tout premier titre du groupe (Permanent vacation - 1979), suivi du dernier en date, I’m gonna DJ (tous deux inédits en disque), avant de clôturer définitivement par le spatial Man on the moon.

J’ai assisté ce soir à l’un de mes meilleurs concerts, toutes catégories confondues. La proximité de cette superbe salle y est probablement pour quelque chose, mais ne passez pas à côté de ce groupe incontournable, tant sur le plan humain que musical… Michael Stipe n’est pas étranger à la grande qualité des tournées du groupe et les 25 ans de passion partagée par les autres membres font que chaque concert est un événement… Il reste encore des places pour Bercy malgré le peu d’avantages que possède cette salle. En tout état de cause, le concert Marseillais laissera de bons souvenirs sur la Canebière…

SET LIST : Departure / Begin the begin / Orange crush / Boy in the well / Animal / Imitation of life / High speed train / Everybody hurts / Outsiders / I've been high / Electrolite / I wanted to be wrong / Final straw / Rockville / One i love / Life & how to live it / Losing my religion / Walk unfraid.
ENCORE : Kenneth ? / Drive / Leaving NY / Permanent vacation / I'm gonna DJ / Man on the moon.

Merci à Vena (de New York), Roger, Alice, Seb, Pierrot, Gamouille & Nubienne.


www.remhq.com

auteur : Diego Lagaute - lagaute.diego@free.fr
chronique publiée le 15/01/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire