22/08/2019  |  5225 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/08/2019 à 15:09:00
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Dominique A

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
mercredi 2 février 2005

Les histoires de Dominique A finissent mal (en général)… mais ses concerts se déroulent (souvent) très bien.

Etonnant Dominique A : alors que certains se complaisent à faire toujours le même disque puis à interpréter leurs plus grands tubes à l’identique sur scène, lui se fait fort de présenter un spectacle totalement différent à chaque fois, sa prestation remuante à la Coopérative de Mai en atteste encore une fois. Pour ce côté en perpétuel mouvement, on pense au survolté Jean-Louis Murat bien sûr, même si les deux hommes semblent se détester assez cordialement, la traditionnelle blague sur JLM ne nous étant pas épargnée : « Et maintenant une reprise de Jean-Louis Murat ! Heu, non, vous m’avez bien vu ? »
Le titre du dernier album de monsieur A - Tout sera comme avant - est trompeur ; avec ce personnage avide de liberté, rien n’est jamais comme avant. La tournée 2002 l’avait vu jouer les morceaux de l’album Auguri avec un excellent groupe, avant de décider quelques mois plus tard de prendre le large en solo pour des concerts aussi décoiffants et mémorables. En 2004, pour la tournée consécutive à son brillant mais peu consensuel dernier effort discographique (musiques aventureuses et textes sombres : les histoires de Dominique A finissent mal, en général…), le songwriter à la voix reconnaissable entre toutes avait choisi de se produire en solo, pour un résultat tendu, sec et une nouvelle fois réussi - le dvd En solo aux Bouffes du Nord en est la preuve. Et en 2005, pour promouvoir la sortie du dvd en solo, Dominique A se produit… en groupe ! Vous suivez toujours ?

Comment certains jouent (vraiment) de la musique…

C’est donc entouré d’un groupe absolument parfait – Vincent Guérin (contrebasse), Jérôme Benssoussan (trompette/percussions), Daniel Paboeuf (saxophone) et David Euverte (claviers) – que le musicien nantais exilé à Bruxelles a enchanté le public du club de la Coopé bien rempli (mais la dernière fois, le concert s’était déroulé dans la grande salle : quand on choisit de prendre la contre allée artistique, le succès de masse est rarement au rendez-vous). Peu importe finalement, les fans purs et durs sont bel et bien là et ils vont passer une soirée de rêve malgré les commentaires grinçants (et pas très drôles) délivrés entre les morceaux par la vedette de la soirée. Ce n’est pas la peine de « s’excuser » sempiternellement de faire une musique peu dansante et sombre, c’est pour ça qu’on est là ! Et c’est pour ça que les autres sont restés à la maison, les inconscients… Les quatre musiciens qui accompagnent l’auteur du Courage des oiseaux (non interprété ce soir) forment une sorte d’orchestre réuni pour un enterrement, de première classe. Le groupe tisse des motifs surprenants, incroyablement déstructurés et au final totalement captivants. Armé de sa guitare - sèche ou électrique -, de ses pédales d’effets et de sa voix saisissante, Dominique A semble surfer avec une jubilation toute intérieure sur le maelström sonore dissonant et sans concession produit par ses acolytes. Comment certains jouent (vraiment) de la musique… On pense à un délicieux jeu de massacre musical - entre musique concrète, jazz, et rock extra terrestre - ayant pour but ultime de mettre encore plus en valeur un songwriting quasiment sans égal à l’heure actuelle. Le répertoire laisse la part belle aux deux derniers albums (admirablement écrits), s’autorise une reprise ultra corrosive (Le jeu de massacre) et effectue un retour vers le passé bienvenu avec le titre La mémoire neuve.
Après une courte période d’adaptation au début, Dominique A nous envoûtera deux heures durant avec un concert extrêmement original. C’est le titre Antonia - dans une version remarquablement déjantée - qui conclut une prestation surprenante et étourdissante de beauté.

Set list :
Sous la neige
Elle parle à des gens qui ne sont pas là
Dans les hommes
Le départ des ombres
Comment certains vivent
Ses yeux brûlent
Les hommes entre eux
Le jeu de massacre
Rien qu'à voir
Revenir au monde
Bowling
Dobranoc
Le commerce de l'eau
Où sont les lions ?
En secret
La mémoire neuve
Surestimé

Je suis une ville
Pour la peau
Tout sera comme avant

Les éoliennes
Antonia



www.commentcertainsvivent.com
www.labels.tm.fr


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 14/02/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire