17/11/2019  |  5266 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/11/2019 à 16:22:04
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
M83

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
mercredi 9 mars 2005

I guess I’m Floating

Ce n’est pas une surprise pour ceux qui ont attentivement écouté le dernier album de M83, Before the dawn heal us : en proposant désormais une musique puissamment évocatrice, à la fois planante, violente, rock, pop et électronique, le groupe français a franchi une étape importante. Le public assez nombreux réuni dans le club de la Coopérative de Mai a donc pu se laisser bercer, rêver d’un vol plané dans les étoiles, voire se faire malmener par le combo d’Anthony Gonzalez. Planqué derrière ses claviers, sa guitare et son micro, le jeune homme restera quasiment immobile pendant toute la durée du concert, semblant hésiter entre une grande concentration, un profond ennui ou la peur panique de jouer ses morceaux devant un auditoire… Son acolyte guitariste se comportera de manière identique. Bien sûr, la beauté et la richesse des morceaux se suffisent à elles mêmes… Mais un peu de présence scénique aurait permis de convaincre tout le monde. Sur scène, seuls le bassiste et le batteur - plus expansifs - ont l’air de prendre leur pied. Sinon, malgré de bons éclairages, tout cela n’est vraiment pas visuel. C'est dommage.

Ce petit bémol mis à part, M83 impressionne réellement par sa capacité à créer de multiples ambiances : les quatre musiciens maîtrisent parfaitement leur sujet et arrivent à reproduire les tableaux musicaux esquissés sur l’album, en leur donnant des atours plus rugueux. Chœurs célestes, dialogues de films, interventions vocales (discrètes mais réussies), claviers en apesanteur, guitares déchaînées, boucles hallucinées, rythmiques sidérantes : chaque élément du puzzle sonore M83 vient apporter sa pierre à l’édifice, pour finalement réussir à transporter le public dans une autre dimension. Très rapidement après le début du concert, on ne sait plus très bien où l’on se situe, on sait seulement que c’est un moment délicieux entre ciel et Terre. Avec M83, il est très facile de décoller, puis de flotter dans les airs… C’est si bon, qu’on aimerait presque que ça dure indéfiniment !

A lire également : la critique de Before the dawn heal us et un compte rendu d’un concert de M83 en 2003.


www.ilovem83.com
www.gooom.com
www.labels.tm.fr/fr/artiste.asp?artiste=M8000


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 19/03/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire