01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Le Tigre

+ Gravy Train
Le Grand Mix (Tourcoing)
vendredi 25 mars 2005

Pour sa première partie, Le Tigre n’a pas fait le choix de la finesse. Sur scène, les Gravy Train et dans l’assistance une large moue de surprise. Gravy Train, un groupe complètement improbable qui est là pour assurer le show et qui se moque pas mal de sa propre musique. Visuellement, c’est très réussi : deux filles un peu moches et un peu grosses entourent deux mecs tout aussi défoncés qu’elles : un black qui danse à poil et un petit blanc qui meugle comme un con. On n’avance pas dans l’histoire de la musique mais une chose est sûre, on est fin prêts pour accueillir les rrriot girls du Tigre.


Gravy Train

Et malheureusement, les 3 lesbiennes féministes ne sont pas dans un grand soir. Un petit peu molles à l’allumage, elles s’énervent dès les premières chansons à cause d’un emmerdeur qui sévit dans les premiers rangs. Du milieu de la salle, on ne comprend pas trop ce qui se passe, en tout cas, elles appellent les videurs pour dégager le mec, qui, visiblement heurte leur sensibilité de féministes. « Voilà ce que c’est un groupe de filles en tournée » concluent t-elles.

Au-delà de l’incident, les filles déploient leurs plus beaux atours, à savoir leurs chansons. Et ça, même sans la conviction des grands soirs, c’est du solide. C’est l’hymne lesbien FYR qui réveille le premier la foule. Sur un autre hymne, New Kicks, cette fois-ci anti-Bush, elles rentrent au vestiaire, laissant l’écran géant installé derrière elles s’exprimer à leur place. Au lieu du Tigre, on voit donc le clip du Tigre. Intéressant. Sauf que, pour l’occasion, on se rend compte que la chanson n’est pas exactement une réussite en terme de finesse politique. « Peace Up, War Down » : on a déjà vu mieux.

En tout cas, pour la fin de New Kicks, on est ravi de retrouver les filles sur scène. Plus le concert avance, plus on se dit que Kathleen Hanna est vraiment très belle et que bon, c’est quand même dommage que… Enfin, tous les mecs de la salle ont dû se faire la même réflexion. Du côté de la musique, tout s’enchaîne parfaitement. Sans vague excessive mais avec efficacité, comme sur l’explosif TKO, tiré de leur dernier album.

Après une petite heure, c’est déjà l’heure du rappel. Et sans surprise, elles entonnent leur tube Deceptacon (rendu célèbre par le remix DFA). Ca tombe bien, tout le monde l’attendait et Le Grand Mix chavire au son libidinal des tigresses. Très très bon, se dit-on en attendant le deuxième rappel. Mais les lumières se rallument après 30 secondes d’hésitation. Grosse déception : on attendait le tube qu’il manquait, le disco-gay I’m So Excited. Ce soir-là, Le Tigre, loin de décevoir, n’avait tout simplement pas les crocs.


www.letigreworld.com
www.killrockstars.com/bands/factsheets/gravytrain!!!!/
www.legrandmix.com

auteur : Vincent Glad - vincent[at]foutraque.com
chronique publiée le 29/03/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire