12/11/2019  |  5263 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/11/2019 à 17:45:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Yann Tiersen + Daniel Darc

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
mardi 14 juin 2005

Programmée dans la grande salle de la Coopérative de Mai, l’affiche Yann Tiersen + Daniel Darc était prometteuse… Ces deux artistes ayant pour (bonne) habitude d’offrir à leurs publics respectifs des concerts assez uniques, en tous cas marquants et réussis.

Daniel Darc en pleine forme…

Après son excellente prestation en banlieue parisienne au Festival Les Effervessonne quelques jours plus tôt, Daniel Darc avait l’occasion de fouler une nouvelle fois la scène de la Coopérative de Mai. Et ainsi d’effacer le souvenir un peu mitigé de sa première partie d’Alain Bashung en novembre dernier. Mission parfaitement accomplie : le groupe de M. Darc a digéré l’absence de Frédéric Lo, tout le monde est en place, le leader du groupe semble prendre plaisir à chanter et avoir une énorme envie d’en « découdre ». Malgré cela l’univers de Daniel Darc demeure d’une extrême noirceur, on a presque envie de le serrer dans ses bras pour lui glisser à l’oreille que, non, tout n’est aussi sombre… Comme dans Il y a des moments, la chanson sur laquelle Darc et ses musiciens quittent la scène, il y a des moments vraiment très émouvants pendant l’heure passée en leur compagnie. De La pluie qui tombe à Psaume 23, en passant par Nijinsky, N’importe quel soir ou Le seul garçon sur Terre, sans oublier Je me souviens, je me rappelle et Mes amis, les mauvaises expériences traversées par l’auteur de ces titres poignants transparaissent très souvent dans les textes… Il faut vraiment être insensible pour ne pas avoir le cœur qui se serre en écoutant ces paroles interprétés de manière habitée. Tel un Nijinsky vocal, l’ex chanteur de Taxi Girl semble danser sur son désespoir pour mieux l’exorciser… et passer à autre chose, tout en n’oubliant rien. Grâce à une prestation qui permet de voir se succéder avec maestria les instants rock (les riffs de You really got me des Kinks et I wanna be your dog des Stooges sont cités, aux bons moments), pop/folk et new wave (l’enchaînement magistral des titres Paris et Cherchez le garçon), à la fin du set, le public venu principalement pour Yann Tiersen semble interloqué et ému, presque groggy. En un mot, conquis…

Des retrouvailles ratées avec Yann Tiersen…

Après un concert sublime offert en compagnie de Shannon Wright aux dernières Transmusicales de Rennes, on se faisait une joie de retrouver Yann Tiersen sur les planches, avec un nouvel album à défendre – cette fois en solo, mais avec de prestigieux invités –,Les retrouvailles. Las, dès le début, on se rend compte que ses retrouvailles ne vont pas être aussi réjouissantes que prévu. C’est l’une des premières dates de la tournée, et Tiersen semble un peu absent, pas concentré et sans inspiration, comme ses musiciens d’ailleurs… Entre deux interludes intimistes au violon ou à l’accordéon, la troupe s’obstine à se la jouer « rock ‘n roll band ». Le public s’en prend plein les oreilles, avec des grosses guitares distordues et tout l’attirail qui avec. La reprise de The Ex donne une piste sur le chemin que veut emprunter Tiersen. Mais les instrumentaux bruitistes se suivent et se ressemblent sans provoquer le grand frisson escompté. L’ennui pointe même le bout se son nez… Même s’il est plutôt courageux de vouloir s’évader vers des territoires plus rock sur scène, le parti pris de mettre tout à fond pour impressionner la galerie est assez vain. Les titres chantés, quant à eux, sont vociférés par un Tiersen qui oublie qu’il possède une voix faite pour murmurer, pas pour hurler. La reprise de l’inoubliable Waltz n°2 d’Elliott Smith, est révélatrice de la qualité générale de ce concert, bâclé et mal préparé : l'auteur de la BO d'Amélie Poulain chante horriblement mal, la version proposée par son groupe est totalement indigne de l’original. On pourrait même parler de massacre éhonté… Comme le très beau morceau Monochrome subit le même traitement de défaveur et que les musiciens sortent de scène au bout de 50 minutes pour se faire rappeler (à grand peine) à deux reprises, on repart forcément un peu mécontent de la prestation d’un artiste pourtant capable de transporter son public dans une autre dimension. Il faut se rendre à l'évidence : contrairement à Daniel Darc, Yann Tiersen n’était pas dans un bon soir…

(Photo Yann Tiersen : © Labels)


www.yanntiersen.com
www.danieldarc.net

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 29/06/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire