22/08/2019  |  5225 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/08/2019 à 15:09:00
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Moby

+ Sébastien Tellier
Patinoire Mériadeck (Bordeaux)
jeudi 10 novembre 2005

Révélation en ce jeudi 10 novembre 2005 à la patinoire de Bordeaux, loin d’être restée de glace : Moby n’est pas humain ! Moby est une machine, et bien huilée en plus… Moby est également un groupe et non une seule personne ; ils vont le prouver ce soir pendant 1 h 35 d’un concert mi électro-mi rock entrecoupé de musiques de pub dont seul le maître a le secret.

Si on a bidouillé un jour des platines MK2, un ordinateur avec logiciel adapté ou tout simplement un sampler, on ne peut qu’être touché par la musique de ce génie dont toute la puissance se révèle en concert (à ma grande surprise !). Après une première partie passable mais originale (Sébastien Tellier qui chante avec un clope allumé dans le nez !), Moby et ses 4 compères (3 musiciens et une choriste - Miss Diane) investissent la patinoire, il est 21h30. In this world chauffe d’entrée la salle, puis les hits vont se succéder, alternés entre de larges extraits du dernier opus. Beautiful, Raining again ou Spiders côtoient In my heart et Porcelain sous les applaudissements de la foule. Les versions sont proches des originaux et joués avec une puissance reflétant l’assurance d’une fin de tournée (dernière date a New York le 15/12). Le plus beau moment du concert reste l’interprétation de Natural blues par la choriste black… un pur moment de bonheur ! Entre deux « Merci beaucoup », Moby tente de communiquer en français (dont le batteur est originaire) et dédie le hit Lift me up à, je cite, « cet idiot de George W. Bush… ». Il n’en fallait pas moins pour être ovationné ! Go, son premier tube, et We are all made of stars font danser une patinoire sur une fin de set très discothèque. D’ailleurs le chanteur dédicacera également un morceau aux protagonistes de la « French touch ».
L’ambiance entre le chanteur (qui alterne guitare, percussion et micro) et son groupe est homogène. Chacun maîtrisant parfaitement son sujet sous des lumières splendidement orchestrées. Le bassiste nous offrira même une reprise de Break on through des Doors avec Moby a la guitare !

Cette tournée commencée en avril, comprenant 12 dates françaises (dont la plupart sont à venir), marque un tournant dans la carrière de ce DJ jongleur de nappes synthétiques. Il prouve a tous qu’on peut maîtriser les dernières technologies tout en demeurant un musicien averti ! Gageons qu’un live verra le jour prochainement, témoignage d’une tournée mondiale d’un homme qui, on le découvrira un jour, est un programme destiné à ravir nos oreilles de mélomanes…


www.moby.com
www.sebastientellier.com

auteur : Diego Lagaute - lagaute.diego@free.fr
chronique publiée le 11/11/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire