01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Zenzile + High Tone

Foyer Panouse (Tournefeuille)
mercredi 9 novembre 2005

Le dub français se porte à merveille. La première soirée de l’électro-dub festival en est la preuve vivante. À l’image de Zenzile ou de High Tone, deux groupes qui, en étant de la même famille, proposent finalement deux approches différentes du dub en s’affranchissant de celui d’origine (Jamaïque).

Sortant d’une réunion tardive, j’arrive en retard dans un foyer Panouse (Tournefeuille) déjà plein et sentant bon les herbes de Provence et d’ailleurs. Le concert des Angevins de Zenzile est déjà commencé, mais, après quelques minutes, j’arrive à rentrer dans leur univers que je connaissais peu avant leur performance. Ce qui me marque en premier c’est la voix rauque et au style soul de leur chanteuse qui donne une intensité rageuse sur les morceaux tel que Up is a long way to go. Puis ce qui me frappe ensuite c’est le son du guitariste, plutôt rock, parfois noisy, parfois funky (rappelant par moments le son des Stone Roses). Il évite au maximum le sempiternel rythme chaloupé du reggae. Avec en plus les interventions toujours bien senties du saxophoniste et l’apport d’une rythmique au diapason, le son de Zenzile est finalement très organique et laisse une grande place à l’émotion et à l’énergie. Les touches électro finement ciselées par Dj Moon et par le clavier de Vince sont surtout là pour compléter le morceau sans jamais se mettre en avant. Le public en redemande et a droit à deux longs rappels. Quant à moi, à la fin du concert, je repartirai avec leur dernier album Modus Vivendi.

Mais avant, place aux High Tone. Les Lyonnais proposent un concert plus électro et plus hypnotique que les Zenzile. Les instruments, sauf en de rares moments, se confondent avec les machines. Mais parfois les interventions du batteur sont d’une qualité incroyable, proches du jazz. Le guitariste assène quelques sons distordus qui font mouche. On est magnétisé par le son de High Tone. Et les vidéos, même si elles auraient mérité de plus grands écrans, accentuent cet effet. On retiendra la vidéo avec les cymbales d’un batteur qui deviennent des soucoupes volantes.
L’album Wave Digger passe bien l’exercice de la scène et Bad Weather continue d'être une tuerie. Sur le dernier morceau du rappel, il y a une coupure d’électricité mais qu’importe, je repars avec le sourire aux lèvres, chevauchant des corps hagards dans les escaliers sans leur prêter une attention particulière. Je suis aussi ailleurs, je suis sur la planète dub.


www.zenzile.com
hightone.free.fr
highzentour.free.fr

auteur : Nicovara -
chronique publiée le 12/11/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire