22/07/2019  |  5212 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/07/2019 à 18:30:55
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
The Chap

Point Ephémère (Paris)
mardi 14 février 2006

Pour la Saint-Valentin, n’écoutant que ma générosité, j’emmène ma copine au Point Ephémère pour la soirée LO Recordings. Pas de discours monolithique d’Arlette samplé au programme, mais de l’électro-krautrock hors format.
Attention, ne pas se laisser berner pas ce The faux ami : les quatre loustics de The Chap ne postulent pas au titre hebdomadaire de sauveur du rock anglais. En ouverture, d’étranges bruits de basse-cour viennent tester la résistance auditive du public. Prémonitoire, car chez ces Londoniens sauter du coq à l’âne tient de ligne de conduite. The Chap dynamite les genres, et tant pis si ça lui saute à la gueule. Sur scène, un clavier vintage culbute un violon déglingué sous les yeux d’une guitare tordue. Le résultat : un rejeton que l’on qualifiera de joyeux bâtard.

On pense à l’élécro rock fumeux des Norvégiens de Datarock ou à du Go! Team sérieusement perverti. Comme ces formations, The Chap parle beaucoup à nos pieds et pousserait presque à des déhanchements frénétiques (mais comme c’est mardi, il faut quand même pas pousser). Le concert s’achève par un concerto de violons apocalyptiques à mi chemin entre Sonic Youth et un André Rieu camé au dernier degré

« Rockeurs, rockeuses, on ne vous ment pas. The Chap, c’est bien. »


www.thechap.org
www.lorecordings.com
www.pointephemere.org

auteur : Alexandre Pedro - pedro.alexandre@wanadoo.fr
chronique publiée le 15/02/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire