01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
La Position du Tireur Couché

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
samedi 2 décembre 2006

Début décembre, l’énième concert de la La Position du Tireur Couché à la Coopérative de Mai, a une fois de plus donné le sourire au club tout entier… Un grand courant d’air frais a soufflé dans la salle pendant plus d’une heure, balayant en un clin d’œil la mauvaise humeur et les problèmes éventuels. La Position du Tireur Couché, c’est magique ! Le quintette clermontois tant décrié, il y a peu encore, pour ses prestations scéniques jugées approximatives est en effet en train de devenir un imparable groupe de scène. Attention, quand les branleurs se mettent au travail, ça déménage !

C’est devant un public de fans hystériques que La Position a revisité son répertoire futé, entre chanson décalée, pop sixties et rock souterrain… On a beau connaître les titres par cœur et avoir vu le combo so frenchy moult fois sur les planches, l’effet est toujours le même : on sourit béatement, on tape dans ses mains, avec un incroyable sentiment de bonheur. Et une petite idée derrière la tête : essayer de draguer des jeunes filles aussi charmantes que la souriante et pétillante Gaëlle Lecozannet, définitivement ultra troublante pour la gent masculine. Comme le sémillant Frédéric Pradelle sait l’être auprès de la gent féminine. Décidément, ce couple de chanteurs, c’est de la bombe bébé, un concentré de drôlerie, de charme et de bonne humeur sachant interpréter et composer des titres imparables. Quasiment tous des tubes : Le James Bond du quartier, Je suis un branleur, Bête, Acapulco, Les femmes mariées, Steve Austin, Je m’en lasse… Et justement, on ne s’en lasse pas ! Car tout cela est joué avec le sourire et un enthousiasme communicatif… Même Lilian Raynaud, le taciturne guitariste soliste arbore un rictus… qui ressemble à un sourire. Il faut dire que son fan club donne de la voix comme jamais. Que dire de Frédéric Gilbert, le bassiste ? Il demeure méchamment groovy et apprécie toujours autant de travailler au corps son public, à grands coups de lignes de basse très chaudes et de déhanchements langoureux. Mais La Position ne serait pas La Position sans l’inénarrable Gaël Jonard, désormais atteint de Joel Gionite aigue (cette façon de jouer du tambourin comme le doux dingue de Brian Jonestown Massacre) doublée d’une toute récente Angus Youngite (et vas-y que je descends dans le public sur les épaules d’une armoire à glace, comme le guitariste fou d’AC/DC… ). Son récent surnom de Mr Tambourine man n’est vraiment pas usurpé : il maltraite cet instrument avec autant de frénésie que sa mini batterie ou ses claviers. Qui a dit qu'il ne se passait rien pendant les concerts de La Position ?

Le bonheur ne serait pas total sans un soupçon de nouveauté très prometteur pour l’avenir. Deux nouveaux morceaux (l’irrésistible De l’air, avec son gimmick sifflé, et L’as des as, un futur hit dédié à Fred Le Falher, l’auteur de la célèbre phrase « Fred Pradelle est un as ! » dans son excellent fanzine Le Mange Disques), plus une très jolie reprise de Femme fatale - du Velvet Underground - dans une rafraîchissante version française très yéyé. Une grande bouffée d’air frais ce concert donc ! Vite, un nouvel album et une tournée française svp ! Histoire de sortir définitivement de l’anonymat…


A noter : La Position du Tireur Couché sera en concert avec Lady Palavas au Rockstore à Montpellier, le samedi 23 décembre 2006...

A lire également : un portrait de La Position du Tireur Couché en 20 chansons, la chronique de l'album de La Position, ainsi qu'un compte rendu de concert de LPDTC en décembre 2004...

Sites Internet : www.myspace.com/lapositiondutireurcouche, www.laposition.com, www.naive.fr.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 22/12/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire