22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Miossec

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
vendredi 31 mars 2007

En forme, Christophe Miossec l’était pour son concert à la Coopérative de Mai, fin mars 2007. Accompagné par un excellent groupe, concentré sur sa voix et ses textes, le Brestois d’origine a fait montre d’une prestance scénique réconfortante pour son état de santé. Et son avenir donc… Seule manquait un peu de chaleur et de joie de vivre pour que le bonheur de revoir un Miossec sobre et digne soit complet.

Dès La facture d’électricité – le single emblématique de son nouvel album L’étreinte, joué en ouverture –, Miossec et sa troupe donnent le ton : ce sera rock et classe ce soir. N’en déplaise aux traditionnels poivrots de service essayant de déconcentrer tout le monde en braillant leurs blagues de troisième mi temps entre les morceaux… Fort heureusement, rien ne semble devoir détourner l’ami Christophe et ses acolytes (Robert Johnson, à la guitare, Nicolas Stevens au violon et aux claviers/piano, Arnaud Dieterlen à la batterie, Jean-François Assy au violoncelle et à la basse) de leur objectif : donner un bon concert, pour présenter le nouvel opus – excellent – et offrir aux fans des réorchestrations inspirées des morceaux cultes du répertoire du breton… Outre le survol prolongé de L’étreinte et de 1964, les deux derniers disques, la troupe a proposé des versions poignantes et marquantes de Non, non, non (je ne suis plus saoul), Que devient ton poing et Les bières d’aujourd’hui s’ouvrent manuellement. Difficile de bouder son plaisir car on comprend les paroles, la voix est cabossée mais touchante, les guitares sont percutantes ou caressantes, le violon apporte un plus indéniable, et, enfin, le violoncelle, le piano et les claviers se la jouent « sobre ». Et quand il faut monter au créneau et muscler le son, on apporte une guitare électrique à Miossec pour qu’il fasse un solo, ou simplement du bruit.

Si l’auteur de L’étreinte semble parfois un peu en pilotage automatique entre chaque titre (sans doute pour éviter le pétage de plombs alcoolisé), il offre sur cette tournée un panorama complet sur une des oeuvres marquantes des dix dernières années. Brillant disciple de Serge Gainsbourg, Miossec a contribué à redonner ses lettres de noblesse au rock chanté en français. Souhaitons lui de continuer longtemps à tracer sa route en faisant vibrer les cordes sensibles de ses fans. Avec des perles aux textes acidulés et émouvants comme Brest, La mélancolie, Je m’en vais ou encore Quand je fais la chose, 30 ans et Mes crimes : le châtiment... Tellement vrais et parlants sur nos vies de pauvres terriens, tous ces mots ne respirent pas exactement la forme olympique intérieure… Mais qui peut se vanter de n’avoir jamais eu de petits bleus à l’âme entre deux étreintes passionnées ?

Sites internet : www.christophemiossec.com, www.lacoope.org, www.arachnee-concerts.com.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 13/04/2007

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire