20/10/2019  |  5246 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/10/2019 à 17:49:20
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Shannon Wright

+ Norfolk
La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
mercredi 26 septembre 2007

Un concert incandescent pour Shannon Wright à la Coopérative de Mai… Accompagnée par une section rythmique ou en solo au piano puis à la guitare, la troublante américaine a propulsé le public dans son univers dès le début de son set envoûtant. Après, impossible de se défaire de ses morceaux émouvants, revêches et saisissants !

Norfolk

La soirée commence avec la première partie assurée par Norfolk, qui propose au public un concert sobre et sous influence Bruce Springsteen/Tom Petty. Guitare sèche, harmonica, voix rocailleuse, morceaux qui tiennent la route : tout cela est plutôt de bon aloi. Seuls défauts, sans doute dus au fait que le projet – courageux – est tout récent : le relatif manque d’originalité des titres et la longueur du set, qui peuvent rebuter les novices en matière de country folk.

Un grand moment avec Shannon Wright

Déjà presque une ancienne sur le circuit rock alternatif (dans lequel elle évolue depuis très longtemps), Shannon Wright a la chance de maîtriser la scène comme personne. Essentiellement grâce à ses chansons ultra marquantes – que leur tonalité soit rock ou pop/folk –, à sa présence magnétique et à sa voix versatile, toujours aussi impressionnante. Cela fait beaucoup de qualités… Et celles-ci suffisent amplement pour emporter le public dans un tourbillon d’émotions contrastées, malgré le manque de communication et parfois la difficulté à voir l’artiste, prostrée sur son piano (magique).

Le débat traditionnel entre les fans des morceaux calmes, ceux des parties plus électriques ou ceux des instants en solo est à notre avis complètement sans intérêt. Shannon Wright maîtrise en effet les trois exercices à la perfection, en évoluant toujours sur le fil du rasoir, avec sa voix (passant du murmure aux cris) ou ses instruments (piano caressé puis martelé ou guitare tour à tour lacérée et effleurée). Les moments où elle se présente seule face au public sont, bien sûr, exceptionnels d’intensité, mais la section rythmique discrète et souple qui soutient souvent ses efforts est irréprochable.

Difficile dans ces conditions de repartir déçu d’un concert de Shannon Wright ; le public de la Coopé semble totalement sous le charme à la fin de la prestation de son taciturne chou chou. Normal, avec un concert d’une heure quinze composé de morceaux tirés du dernier album en date – l’excellent Let in the light –, et de nombreux extraits des remarquables disques ayant émaillé sa discographie. Un grand moment !

Sites Internet : www.lacoope.org, www.viciouscircle.fr, www.myspace.com/shannonwrightmusic, www.myspace.com/viciouscirclerecords.

Photo Claude Roustan


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 29/09/2007

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire