01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
The Rakes

+ Eleasy
La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
vendredi 26 ctobre 2007

Une bonne décharge de pop/rock sexy avec The Rakes et Eleasy à la Coopérative de Mai… Les survoltés anglais ont été parfaitement placés sur une rampe de lancement par le très prometteur trio clermontois qui a assuré la première partie la soirée.

Avec l’ingénieur du son des Rakes aux manettes et le bassiste poupon des auteurs de Ten new messages sous le charme derrière la console, Eleasy a une pression maximale sur les épaules au début du concert, et ça se sent. Virginie, la chanteuse/bassiste semble terrifiée par le public (nombreux, le concert est complet). Même si on l’a connue plus décontractée, sa voix - fraîche, mutine, acidulée -, et ses lignes de basse percutantes s’entendent à merveille avec la guitare sèchement catchy et la batterie giflée de ses deux acolytes… Eleasy a vraiment le chic pour trousser des pop songs directes, accrocheuses et excitantes. Même le chant en français sur deux nouveaux titres (excellents) réussit à convaincre, ce qui n’était pas gagné d’avance. Entre pop, rock et disco punk, le répertoire d’Eleasy ne devrait pas rester confidentiel très longtemps.

Confidentiel, cela fait longtemps que la musique des Rakes ne l’est plus. Et l’on sait parfaitement pour quelle raison : ce quatuor anglais compose des hits singles à la chaîne et fait partie des tout meilleurs groupes de scène actuels. Son concert dans le club de la Coopérative de Mai pour assurer la promotion de son deuxième album a confirmé ce que nous savions déjà : l’on tient là un groupe précieux capable de faire partir en vrille n’importe quelle salle de concert. Emmené par un chanteur/danseur pince sans rire, les Rakes jouent serrés, concentrés mais en toute décontraction, car ils sont sûrs de leur force. Pendant que leur vocaliste cabotine comme un Robert Smith un peu bourré ou chante à la manière – intense – d’un Ian Curtis ressuscité, ses camarades de jeu font - bien - leur boulot : le guitariste riffe comme un malade, le bassiste force le respect, le batteur enflamme son kit et le guitariste/organiste d’appoint fait bien ce qu’il a à faire. Cerise sur le gâteau, le groupe semble ravi de se produire sur une scène, sourit très souvent et fait le show… Les tubes s’enchaînent donc à la vitesse de la lumière (We danced together, Man with a job – la reprise du Poinçonneur des lilas de Gainsbourg, When Tom Cruise cries, The world was a mess, Retreat, 22 grand job, Strasbourg, Work Work Work, Open book… ) et tout le monde semble passer une soirée réussie. Revenez nous vite gentlemen !

Sites Internet : www.therakes.co.uk, www.myspace.com/therakes, www.youtube.com, www.myspace.com/eleasy.

Photo Mr. Grieves www.myspace.com/sgrieves.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 07/11/2007

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire