20/10/2019  |  5246 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/10/2019 à 17:49:20
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Mustang, Galaktyk Kowboy

Centre Camille Claudel (Clermont-Ferrand)
samedi 4 avril 2009
Soirée conviviale, rock ‘n roll et réjouissante - à rééditer donc ! - au centre Camille Claudel à Clermont-Ferrand, avec le rock yéyé ultra prometteur de Mustang et l’électronique très percutante de Galaktyk Kowboy… Organisé dans le cadre du Festival Corps et Arts (un festival sur les arts de la scène… ), ce concert avec double affiche classieuse a permis de voir à l’œuvre une jeune équipe accueillante, dynamique, souriante et volontaire, et ça fait franchement plaisir par les temps qui courent ! Compte rendu…

Mustang

En forme olympique (c’est la dernière ligne droite avant les Découvertes du Printemps de Bourges, le 24 avril 2009), le groupe Mustang étale au grand jour ses remarquables progrès scéniques en 50 minutes chrono. Avec fougue, élégance et virulence, le trio clermontois fait un sans faute en interprétant ses morceaux entre rockabilly énervé, chanson yéyé légèrement kitsch et dérapages synthétiques contrôlés. Boosté par une section rythmique (basse, batterie, plus chœurs… ) en place, virile et nerveuse, Jean Felzine (guitare, synthés, micro) peut tout à loisir chanter des rock ‘n roll bagarreurs... ou des slows langoureux, c'est selon l'humeur. Adeptes du grand écart entre rock méchant et chanson douce, le chanteur habité de Mustang et ses acolytes ont un toupet énorme : sans se soucier des commentaires, ils font ce qu’ils veulent quand il veulent… Ce qui est définitivement la bonne méthode pour mener à bien une démarche artistique aussi intéressante que pertinente. Certes, la guitare de M. Felzine nous électrise, mais à force d’insister aux claviers, ses synthés vont finir par nous rendre également fous. Le truc de Mustang, c’est de tutoyer le paradis rock en s’inspirant de quelques illustres aînés triés sur le volet (Elvis, Bo Diddley, Suicide, Roy Orbison, Link Wray, mais aussi Gainsbourg et Nino Ferrer… ) pour en faire des chansons rock en français tenant parfaitement la route… Avec de nouvelles compositions foutrement bien foutues (l’osé Le pantalon, se terminant par un tonitruant « j’en ai dans la pantalon »… et une bonne chanson en franglais signée Don Cavali, collègue de label doué) et des titres déjà presque classiques - En arrière en avant, Je m’emmerde, Anne-Sophie, King of the jungle etc etc – Mustang a assez de munitions dans la braguette pour défourailler à tout va. Il suffit de rester patient, de garder la tête froide et les tubes de Mustang seront bientôt sur toutes les lèvres… Le concert se termine par un rappel demandé bruyamment par l’assistance, conquise : une reprise "deux en un" de Hey, Bo Diddley de… Bo Diddley et de Little Doll des Stooges, en hommage à Bo et Ron. Welcome Mustang, R.I.P. Mr. Diddley et Mr. Asheton !

Galaktyk Kowboy

Changement de style quelques minutes après avec le set électronique en diable (même si assez rock au final… ) de Galaktyk Kowboy, avec laptop sauvagement tapoté, bras levés sen l’air et projections vidéos aussi originales qu'impertinentes ou drôles. Notre homme a beau ressembler à Dupond - ou à Dupont ! - avec son crâne chauve et sa moustache proéminente (c’est la semaine de la moustache, oui ou merde ?), quand il est derrière ses machines infernales, il déchaîne les passions, redonne le sourire aux plus déprimés et fait esquisser quelques pas de danse même au plus blasés… Les titres électro de Galaktyk Kowboy possèdent une foule de points forts qui les rendent hyper percutants sur disque et sur scène… Beats en folie, basses impérieuses, samples futés, gimmicks imparables et voix trafiquées s’unissent pour former de véritables odes à la danse hystérique, comme le laisse entendre le titre No remorse, I wanna dance, vivement conseillé aux petits (et aux grands) agités du samedi soir. Cela ne nous est encore jamais arrivé, mais on aimerait bien que les Djs pensent à mettre ça sur leurs platines en fin de soirée : pétage de plomb garanti sur facture ! Le style de musique électronique très énervé de GK Initials doit autant à Daft Punk et à Justice qu’au rock : la preuve, les rockers du premier rang font remuer leurs chevelures en rythme… Et parmi ces jeunes gens ravis d’être là pour chauffer la piste de danse, il y a les fameux Elderberries (le monsieur sur scène est leur ingé son bien aimé ) ; le bassiste de ce groupe clermontois démoniaque en live - Jamie Pope - peut être fier de son intervention vocale sur LE tube de Galaktyk Kowboy, Carry the world ! L’excellent titre des Elder, The Little House, étant, quant à lui, remixé en beauté par ce cowboy d’un nouveau genre, et ce pour un final jouissif. Et l'on se dit que ce genre de set furieusement tétanisant mériterait de se tenir en fin de soirée dans un club bondé… Mais pour aujourd'hui, il constitue un idéal warm up de soirée donnant envie de faire une bringue à tout casser jusqu’au bout de la nuit. Ce cowboy galactique - pas exactement maladroit - devrait encore faire mouche un paquet de fois, s’il vise aussi juste quand il dégaine ses titres en direct live !

A lire les chroniques des premiers disques de Mustang et Galaktyk Kowboy...

Sites internet : www.corpsetarts.fr, www.myspace.com/galaktykkowboy, www.myspace.com/legroupemustang, www.myspace.com/aragrecords.

Photo de Mustang prise en février 2009 à Paris par goalltheway.canalblog.com/, photo de Galaktyk Kowboy prise à la Coopé en 2008.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 11/04/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire