19/10/2019  |  5245 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/10/2019 à 17:52:45
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Ghinzu

Le Fil (Saint-Etienne)
mercredi 8 avril 2009

Concert décevant au Fil à Saint-Etienne pour les Belges de Ghinzu, pourtant auteurs d’une dernière tournée (en 2004/2005) incroyablement ébouriffante… Est-ce à cause des réglages inhérents à tout début de tournée ? Est-ce dû à la longue pause scénique que le groupe s’est accordée entre les deux derniers albums (Blow et Mirror Mirror) ? Est-ce la conséquence du son de la salle (pourtant flambant neuve) ou d’un ingé son tâtonnant ? Est-ce dû à un jour sans, à une soirée trop arrosée la veille ou à l’enchaînement trop rapide des dates ? Mystère…

Toujours est-il qu’après avoir manqué la première partie (The Black Box Revelation) à cause d’une rocambolesque double panne sur l’autoroute Clermont/Saint-Etienne (arghh !), l’attente se fait longue dans la superbe salle qu’est le Fil. Tout le monde semble guetter fébrilement l’arrivée sur les planches des membres Ghinzu, attendus comme des héros dans une salle comble. Puis, le groupe arrive enfin, et semble vraiment très emprunté sur les premiers morceaux, pas exactement en forme ou particulièrement ravi d’être là (malgré les propos lénifiants du chanteur, type Céline Dion à Las Vegas… « on est extrêmement contents d’être là ce soir… » Ah bon, ça ne se voit pas. )

Pendant l’intro et le titre The end Of the World, le son n’est pas bon, et c’est un euphémisme ; les musiciens, quant à eux, semblent un peu perdus et toujours affairés avec leurs problèmes techniques ou leurs bières… Difficile dans ces conditions de rentrer dans les atmosphères troubles, cinématiques et terrifiantes que le combo belge essaie à grand peine de mettre en place. Les singles Cold Love (premier frisson du concert avec la voix vocoderisée du - nouveau ? - guitariste, façon extra terrestre déboussolé), Take it easy (un titre à la Strokes made in Belgium très radiophonique et qui passe bien sur scène) et surtout l’incontournable Do you read me épicent un peu un set gâché par un son cassant les oreilles. Et qui s’ajoute à un manque d’entrain assez flagrant si l’on compare avec les sets hystériques données en 2004.

Néanmoins, les musiciens remontent peu à peu la pente et se hissent à un meilleur niveau, arrivant de ce fait à transporter de temps à autres l’auditeur dans leur univers supersonique et planant, un monde musical étrange se situant entre Deus, Strokes, Queen, Pink Floyd, Angelo Badalamenti, David Lynch et Muse. Malgré une belle faute de goût (un titre traduit en français – Je t’attendais – où le chanteur sonne comme une mauvaise parodie de Jacques Brel !), les titres Kill the Surfers, et l’enchaînement Blow + Mine en rappel trippant se révèlent tout à tour grandiloquents, progressifs, hystériques et explosifs. On retrouve le grand Ghinzu, enfin ! Juste avant de regagner les loges définitivement, les Ghinzu réussissent donc enfin à prendre aux tripes, ce qui permet d’être optimiste pour le reste de la tournée. Si le groupe se ressaisit. On repart avec un petit goût amer dans la bouche, avec la ferme intention de revoir un concert de John Stargasm & co rapidement (à Bourges ?).

A lire également, une interview de Ghinzu, ainsi que des chroniques de concerts au Printemps de Bourges 2004, à la Coopérative de Mai, la même année, et aux Eurockéennes de Belfort 2005.

Sites Internet : www.ghinzu.com, www.myspace.com/ghinzu.

Photos prises à Marseille en avril 2009 par Pirlouiiiit.




auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 16/04/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire