22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Sexy Sushi " Release party"

+ Schwefelgelb
La Maroquinerie (Paris)
jeudi 7 mai 2009

Une chose est sûre, quand on rentre chez soi après avoir assisté à un concert du duo Nantais Sexy Sushi, c'est la douche obligatoire ou le bain. Explication. Cela fait bien longtemps que ne n'avais pas vu un groupe faire adhérer le public, dès le premier morceau. Comme lors d'un concert des Black Lips, dès les premières notes du set, il y a une osmose, une communion entre le groupe et les spectateurs. Le public connait le style, les codes et les paroles du duo par cœur. A croire qu'ils se sont envoyé des SMS avant de se retrouver (en nombre car la Maroq affiche complet, soit 500 personnes) ce soir.

Donc dès l'intro, les fumigènes et les premiers pas de Sexy Sushi sur scène, c'est la cohue dans la salle. Ca crit, ça rigole, les bras sont levés : c'est l'excitation suprême. La souriante et extra-décomplexé chanteuse Rebeka Warrior sait prendre dans son filet "invisible" les fans déchainés et déjà en sueurs. Elle a une attitude punk, décalée et festive des plus redoutables. Elle slame à tout moment, raconte des âneries, boit et arrose le public avec ses canettes de bières, elle roule sur le sol de la scène, elle montre ses "jolis" seins, fête son anniv', au passage deux bouteilles de champagne offertes au public, elle jette son micro et du riz dans la foule, bref tout ce qui lui passe par la tête lui sert de moteur pour créer l'ambiance. Quand à Mitch Silver habillé en short/tennis/t-shirt, soit le look total "vacancier au camping des flots bleus", installé derrière son ordinateur portable et ses ustensiles de mixeur de sons, il envoie la sauce techno/électro/boum boum pour accompagner les éclats de jouissance non contrôlé de la miss Rebeka. Les titres sont joués au petit bonheur la chance, car c'est à partir d'une roue style fête foraine ou kermesse communale, que sont choisis les morceaux. Une personne du public à la main innocente, fait tourner la roue, et quand le crochet c'est stabilisé sur une couleur ou se trouve le titre, Sexy Sushi l'interprète. Les tubes tel que Rachida, Sex Appeal, sortent de la roue et sont immédiatement repris en cœur.

Je le redis, mais une des forces de Sexy Sushi est de créer une ambiance torride dans la salle. Entre la boum, la fête au village, la troisième mi-temps, les soirées dans le club parisien Le Pulp"et les concerts alternatifs/squat type Berurier Noir, ce duo sait faire oublier les soucis du quotidien aux filles et aux garçons. Du coup, c'est l'esprit fête à Neu-Neu/bon enfant qui est de mise. Une fête électrique, toute en sueur, où les filles enlèvent leurs soutifs, où les garçons sentent le "fauve", où le videur ne sais plus par quel bout commencer pour faire régner un minimum de savoir-vivre. Oui je le répète, voir en live Sexy Sushi, c'est hyper fun ! Sur ce terrain, on peut les rapprocher à l'excellent duo de Bordeaux Kap Bambino et à Peaches également. Donc si vous voulez être sûr de passer une bonne soirée -pas installé dans un fauteuil- Sexy Sushi est le remède absolu. Par contre à la sortie du concert, c'est clair, vous sentirez la transpiration, donc douche conseillé avant de se coucher.

Avant ce fantastique live, on a vu en première partie Schwefelgelb. Ce duo allemand fait une musique très 80, entre DAF et l'électro body music. C'est pas mal du tout, malgré des sons un peu trop codifiés et les influences très présentes. Mais quand on a 20 ans (l'âge moyen du public dans la salle) et que les années 80 sont loin, très loin, ça le fait. Le chanteur a une bonne présence, et son physique de "minet" à la Depeche Mode époque Just Can't Get Enough, séduit. Et quand arrivent deux gogo-danseurs vêtus d'un pyjama couleur léopard, comment résister à tant de bon goût ? Entre les deux groupes c'est DJ Macross qui a assuré le rythme afin de ne pas faire tomber la température. Bref une bonne soirée que je n'oublierais pas de sitôt. Que ça fait du bien de mouiller sa chemise en ce début de mois de mai !

A lire : la chronique du nouvel album de Sexy Sushi

Photo sur le vif signée M. Larsen




www.myspace.com/sexysushimusic
sexysushi.free.fr
www.lamaroquinerie.fr

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 13/05/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire