19/12/2018  |  5098 chroniques, 167 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/12/2018 à 20:29:39
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Leopold Skin, St Augustine, Zak Laughed (Fête de la Musique 2009)

Eglise (Montferrand)
dimanche 21 juin 2009
Superbe initiative que cette fête de la musique sans électricité à Montferrand intitulée "Village Acoustique" : avec nombres d’artistes débranchés animant les très pittoresques rues de la vieille ville. Une bonne occasion de (re)découvrir une cité médiévale en pleine rénovation où subsistent quantité de bâtiments anciens qui mériteraient d’être retapés puis habités. Parmi ces édifices, l’église de Montferrand - actuellement en pleins travaux - où avait lieu une série de concerts folk : Leopold Skin, St Augustine et Zak Laughed.

Leopold Skin, divin !

L’horaire est inhabituel (14h30), le lieu également et la configuration scénique est différente des concerts normaux donnés par les groupes programmés : aucun instrument n’est branché. Le premier à se lancer courageusement (pas facile dans une église devant quelques amis, des fans, des badauds en goguette ou des grenouilles de bénitier) est Leopold Skin. Armé de sa guitare sèche faite pur tuer l’ennui et créer des mélodies graciles, Damien Fanhauer arrive immédiatement à prendre la mesure de l’endroit. Ses magistrales chansons et sa voix s’élèvent dans la nef de l’église, rejoignant Jésus, crucifié sur les vitraux un peu plus haut. Sans doute à deux doigts de descendre de sa croix, il doit, comme le reste du public d’ailleurs, apprécier la rencontre magique entre un lieu unique, une acoustique avec une réverbe parfaite et des morceaux bien écrits interprétés avec inspiration. C’est sacrément beau, on se sent parfaitement bien et l’on se dit qu’on devrait organiser plus souvent des concerts dans des églises à l’heure de la sieste (pas pour dormir, bien sûr). Les arrivées sur scène de St Augustine à la guitare et aux chœurs, puis de la chorale du Kütu Folk Crew, renforcent encore la beauté de ces instants à part. Joué vers la fin du set, le morceau Goodbye nous fait partir dans un trip mémorable, porté que nous sommes par cette composition aussi poignante que lumineuse et par ces chœurs élégiaques propices au décollage vers les cieux. Divin ce concert !

St Augustine nous met dans un état proche de l’Ohio…

A peine le temps de se remettre de ses émotions que St Augustine se lance lui aussi dans une magistrale série de chansons extraites de son album, le bouleversant Changing plans. Comme pour Leopold Skin, on remarque que ses titres absolument magnifiques et sa voix captivante étaient vraiment faits pour rencontrer le public dans l’église de Montferrand. Cette fois-ci, on a presque l’impression que c’est Jésus en personne qui est venu pour interpréter quelques chansons, en toute simplicité. C’est peut-être la barbe et la chemise de scout qui nous ont provoqué cette hallucination très agréable. Pour un peu, on retrouverait la foi… Les petits plus sont cette fois le sidérant violoncelle d’Edwige et, encore une fois, les chœurs du Kütu Folk Crew, avec Alex Delano en chef d’orchestre christique. Dans un état proche de L’Ohio, on peine un peu à se remettre de ses émotions à la fin de l'impeccable prestation de St Augustine. Une rapide pause à l’air libre s’impose… Cela permet de constater que tout le monde n’est pas exactement sur la même longueur d’onde : une femme d’un certain âge se fendant d’un tonitruant "Moi, cette musique, ça me fatigue !" à l’adresse de son mari, visiblement pas plus enthousiasmé par la folk pop que sa solide compagne. Chacun ses goûts madame !

Zak Laughed provoque des frissons sur la fin.

Retour à l’intérieur avec le mini concert de Zak Laughed, qui peine quant à lui à atteindre les mêmes sommets que ses deux collègues précédents, il est vrai particulièrement en forme. Sans doute à cause de sa voix fluette (qui fait tout son charme sur disque et sur scène en temps normal), Zak Laughed a du mal à habiter l’espace de l’église comme Leopold Skin et St Augustine. Toutefois, après un petit temps d’adaptation, on peut apprécier à leur juste valeur les charmantes compositions du jeune songwriter s’apprêtant à sortir son premier disque, The Last Memories Of My Old House. Peut-être intimidé par la solennité de l’endroit, Zak Laughed se reprend sur la fin de son court set, avec une dernière chanson qui donne des frissons. Très belle conclusion à une série de concerts aussi concis que classieux… On repart de Montferrand – direction la terrasse du Bikini où Araban, The Barbed Wire Brothers et The Elderberries vont casser la baraque dans un déluge de décibels (ce sera l’objet d’une prochaine chronique) – en se disant que cette initiative de Christophe Adam, le village acoustique de Montferrand pour la fête de la musique, est à rééditer tous les ans !

Sites Internet : www.myspace.com/zaklaughed, www.myspace.com/kutufolkrecords, www.myspace.com/staugustinelovesyou, www.myspace.com/leopoldskin, www.myspace.com/thedelanoorchestra, www.myspace.com/pastrycase.

Photos : Rémi Boissau



auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 28/06/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire