12/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Kumisolo

+ Domotic & O. Lamm
L'International (Paris)
lundi 14 septembre 2009

Pour célébrer en avant-première "mondiale" la sortie de son premier album solo My Love For You Is A Cheap Pop Song, la pétillante Kumisolo au sourire de fée, a organisé avec son label Active Suspension, une soirée fort sympathique et sans prétention. L’International est un café-concerts très bien agencé : deux bars, deux salles et une scène correcte au sous-sol. La programmation du lieu est éclectique. Ainsi jazz, folk, slam, musique du monde, chanson, électro, pop et rock s’invitent chaque soir. En ce jour, la priorité sera l’électro pop de Kumisolo et le rock cosmique du duo Domotic & O. Lamm. Le label Active Suspension (qui existe depuis 1998) propose à la vente les CD's de son catalogue (Hypo, Pokett, Edh, The Konki Duet -le groupe de Kumisolo-soit une dizaine de références), mais aussi des masques rigolos réalisés par Mehdi Hercberg destiné à être porté pendant les concerts. Un autre coin marchandising est installé avec Kumisolo habillé en tenue traditionnelle japonaise, pour vendre t-shirts, CD et autocollants.

Image Hosted by ImageShack.us

La soirée commence avec Domotic & O. Lamm. Si ces deux garçons ont l’habitude de jouer seul ou avec d’autre membre du label Active sur des musiques bien différentes, soit de la pop électro laptop pour Domotic et de l’expérimental ambiant répétitif pour O. Lamm, ensemble c’est un autre style. Ici c’est du côté des BO de films à la Goblin, Carpenter ou Morricone (dont ils feront deux reprises) et du disco cosmique à la Moroder et Black Devil Disco Club qu'ils puisent leur inspiration. C’est donc des sons électroniques vintages qui sortent de leurs synthés très bricolés. Si le style ne sonne pas nouveau (depuis il y a eu entre autre Zombie Zombie et Turzi), faut reconnaître que nos deux cosmonautes (en pull rouge et en chemise hawaïenne) maitrisent bien leur sujet.

Image Hosted by ImageShack.us

Après ce voyage rétro futuriste, place à l’électro pop joué sur Casio par Kumisolo. Notre artiste a gardé sa tenue traditionnelle japonaise (ainsi que son sourire timide), et est accompagnée par un guitariste. Ainsi son style pop se mélange au larsen de la guitare rock. Après une intro joué à la trompette, c’est parti pour un show qui sent bon la réglisse. Un laptop pour donner le tempo, quelque notes sur le Casio, la guitare toute décibel en avant, et c’est l’envol sur un ballon pour Kumisolo. Sur la scène, le micro en main, elle gesticule en faisant des petit pas et des petits sauts, en se prenant parfois les pieds dans les câbles des pédales d'effets du guitariste. De temps à autre, elle s’approche du public (composé de pas mal de filles et de quelques japonaises), pour mieux sentir les vibrations de la salle, ce qui lui donne au fil du concert plus d’assurance. Elle nous joue donc les titres de son premier album My Love For You…, mais aussi une reprise de Bob Dylan Mr Tamborine Man (présente sur la compile Dylan Mania sur Naïve records) et en rappel le honteux A Pile ou Face de Corynne Charby (interprété également dans le film 8 femmes, par Emmanuelle Béart)... repris en cœur par le public ! Changement de tenue (plus transparente) en mi-concert, un duo avec le concepteur de pochette du CD Mehdi Hercberg sur Tacties et ses Doo Wap, un remerciement envers les personnes qui lui ont permis de faire son disque et quelque lancer de ballons dans le public, vous l’avez compris, l’ambiance était très poppy et esprit "entre amis". La soirée se poursuit avec des DJ's (dont Mister Autobahn66) jusqu’à la fermeture du bar. An final une sympathique petite fiesta de type adulescent, et totalement assumé, surtout sur le titre A Pile ou Face !

Chronique de l'album de Kumisolo ici 
Myspace de Kumosolo



www.myspace.com/domotic
www.myspace.com/olamm
www.activesuspension.org/accueil/acc-set.html

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 17/09/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire