12/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
The Electric Suicide Club, The Didier Veillaults

Le Rat Pack (Clermont-Ferrand)
jeudi 24 septembre 2009

Et hop, un "petit" concert de rock ‘n roll organisé à l’arrache au Rat Pack de Clermont-Fd, avec les super héros locaux (c’est ce qui est marqué sur l’affiche !) Thee Didier Veillault’s et un jeune groupe de rock 'n roll de Strasbourg, France : The Electric Suicide Club

Les Didier Veillault’s se chient dessus en beauté !

Pour leur rentrée des classes, les Didier Veillault’s se chient dessus en beauté, pour un concert merdique qui restera dans les annales comme le plus chaotique et branquignole de leur carrière (pourtant déjà bien remplie en shows borderline)… Tout était pourtant réuni pour que ça fonctionne : de bons morceaux, un groupe hargneux, un public suffisamment nombreux (mais pas trop hein, dans "La capitale du rock (mon cul !)", il faut des vedettes pour que les gens se déplacent en masse). Mais houps, y’a un truc qui dérape et c'est la spirale de l'échec : le micro du saxophone ne marche pas, ce qui entraîne une pause réparation puis deux, puis trois… Après, c’est au tour de la guitare de tomber en rade et ça déconcentre le batteur. Le cercle vicieux... Du grand n’importe quoi donc, malgré quelques morceaux bien envoyés avec l’énergie du désespoir et l’énervement (Thunderbird ESQ, Fuck me Boots etc). Comme le dit si bien Billy Childish, "on ne peut pas polir une merde" donc autant passer à autre chose ; il y aura de nombreuses autres occasions de se faire défoncer les oreilles dans les règles de l’art garage par cet excellent groupe ! Une petite suggestion sans prétention : pourquoi ne pas demander à faire une résidence à la Coopérative de Mai pour travailler la scène ?

The Electric Suicide Club, de véritables killers !

Pas du tout impressionnés par la première partie (normal !), les trois jeunes gravures de mode de The Electric Suicide Club font excellente impression juste après, avec leur heavy rock mâtiné de post punk et de disco punk. Les trois musiciens ont beau ressembler à de gamins à peine sortis de l’adolescence, ce sont de véritables killers (non, pas l’ignoble groupe de rock FM de Las Vegas !) sur leurs instruments : guitare, basse, batterie, micro… On pense au groupe français The Elektrocution avec une bonne dose de The Hives, Franz Ferdinand et The Rakes dans les influences ; les titres sont courts, mélodiques, accrocheurs et percutants, ça pète le feu ! Cerise sur le gâteau, le groupe sait bouger sur scène (il faudrait juste arrêter de se remettre la mèche en place, ça c’est énervant !), se jette joliment partout et dégage ainsi une très communicative énergie… High Voltage Rock 'n n Roll ! Avec un poil d’expérience en plus, une galette dans les bacs et un label, ce groupe qui possède de surcroît un nom parfait - The Electric Suicide Club - devrait aller loin ! Et pourquoi pas taquiner les Hives sur leur terrain de jeu favori, le punk ‘n pop hurlé ?

The Electric Suicide Club jouera au Bikini à Clermont-Fd le samedi 26 septembre 2009 (gratuit, 20h).

Au Rat Pack bientôt : Lundi 28 septembre 2009 : Holmes + Garciaphone, Mardi 6 octobre 2009 : Michael J. Sheehy, Mercredi 14 octobre 2009 : Araban, Jeudi 15 octobre 2009 : Vandaveer, Lundi 26 octobre 2009 : Be My Weapon (ex Swell), Jeudi 29 octobre 2009 : Appletop + Saturnians + Niandra Lades

Sites internet : www.myspace.com/ratpackclub (programmation, liens, écoute etc), www.facebook.com/leratpack, hwww.myspace.com/theedidierveillauts, www.myspace.com/electricsuicideclub.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 26/09/2009

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire