29/03/2020  |  5333 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 28/03/2020 à 15:36:48
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Holden

Pont Marie (scène flottante) (Paris Plage)
17 août 2003

Je ne sais quel canard parlait d'"électro-pop bobo" pour qualifier le concert du soir : cet adjectif censé qualifier l'émergence d'une nouvelle classe sociale, celle des bourgeois-bohèmes, culturellement exigeante et financièrement aisée, est une étiquette bien trop réductrice pour qualifier la musique d'un groupe aussi attachant qu'Holden.

Sur une scène flottante amarrée près du pont Marie, qui en raison de l'étiage excessif de la Seine, sera bien en deça du niveau d'exposition requis (le spectateur a un aperçu sur une scène située en contrebas !), les brillants musiciens du groupe, emmenés par leur ébouriffante et charismatique chanteuse Armelle, livrent une heure et demie durant un très bel aperçu de leur talent.

Balayant énergiquement les 2 albums qui constituent leur discographie (L'arrière monde et Pedrolira, paru l'an dernier), ils enthousiasmeront les quelques (trop) rares spectateurs à avoir préféré leur pop gracile enrichie d'incursions jazzy aux joies du farniente (alanguis sur des transats généreusement mis à disposition), aux jeux d'eau (brumisateurs, douches et points d'eau parsèment les quais, belle initiative en ces temps de canicule), aux plaisirs de la drague (les bella ragazze, chicas bonitas ou pretty girls pullulent) et spectacles divers (humoristes, musiciens de rue, chanteurs d'opéra en goguette...). Voire à la perspective de se taper une pétanque (le summum du raffinement !) sur des quais classés au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Sacrifiant au rituel du tube imparable, ils initieront leur rappel par le sautillant La machine, extrait de leur premier opus, avant de conclure leur set par une stupéfiante reprise soul, où le timbre de la toute mimi Armelle fera merveille.

Certes, ce ne sont pas les Rolling Stones (!), comme ne cessera de le déclamer un vieux bougre imbibé de guinguet ou de rosé infame, mais cette soirée aura été des plus agréables, dans un cadre absolument magnifique, où toute l'année durant, passent quelques 3500 véhicules à l'heure.


auteur : Jérôme Crépieux - jerome_(at)_foutraque.com
chronique publiée le 12/08/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire