01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Robots In Disguise + Austra (En Attendant Les Femmes S'en Mêlent 2011)

Divan du Monde (Paris)


La soirée de lancement du festival itinérant Les Femmes S'en Mêlent 2011qui aura lieu partout en France, du 19 mars au 3 avril – a permis de voir à l'œuvre sur les planches de l'intimiste et classe Divan du Monde à Paris l'électro pop gothique des Canadiens d'Austra et l'électro punk des Anglaises de Robots In Disguise... Chronique :

Austra

Signé sur le très bon label Domino, le groupe basé à Toronto Austra est emmené par Kate Young, une chanteuse à la voix sensuelle, froide et fantomatique. Assistée par deux choristes/danseuses et un groupe (batterie, synthés eighties... ) faisant bien ce qu'il a à faire, l'étrange vocaliste surfe sur une sorte d'électro synth pop goth dépressive et noire, un truc à la fois planant, invitant au suicide collectif et extrêmement fascinant. Même si l'on n'a pas vu tout le concert, la fin du set d'Austra laisse entrevoir de belles possibilités chez ce groupe se situant clairement dans la mouvance de The Knife et Karin Dreijer Andersson avec son envoutant projet Fever Ray. A revoir plus longuement sous peu...

Robots In Disguise

Le public – très branché look "une fille au masculin, un garçon au féminin, et on se prend la main et on se prend la main", normal pour Les Femmes S'en Mêlent... – attend avec impatience l'arrivée de Sue Denim et Dee Plume, les deux Robots In Disguise en chef (à la basse funky, à la guitare punk et au chant qui déraille, ou pas), qui sont accompagnées en concert par une batteuse cogneuse... Et dès qu'elles arrivent sur scène, le bombardement interrompu de titres électro punk peut alors commencer : ces mini tubes facétieux, débraillés, assez mal joués (surtout à la guitare mais c'est parfait pour le style choisi, et ça donne même un genre !), hystériques et drolatiques se situent à l'exact point de friction entre les Clash, les Slits, les Riot Girls, Chicks On Speed et Le Tigre. Le tout est truffé de petites piques en direction des Français judicieusement placées entre les morceaux et de textes aussi kitsch que rock 'n roll ou décalés.

C'est envoyé de manière spontanée mais gentiment poseuse (tenues de scène façon infirmières lubriques ayant quand même un peu le feu au c..., chorégraphies joyeusement débiles... ), avec une énergique fraicheur et un sens du spectacle assez inné. Rien de très novateur, mais une prestation scénique assez enthousiasmante, et surtout très divertissante : pas le temps de s'ennuyer, en 50 minutes chrono (avec pour le même tarif, une reprise de You really got me des Kinks sans guitare et avec solo de flûte, un envahissement de la scène, un rappel et un slam final dans la foule des deux sympathiques furies compris... ) la messe électro punk est dite !

Liens : www.lfsm.net, www.myspace.com/austra, www.myspace.com/robotsindisguise, www.facebook.com/pages/Get-Wake-Up-by-Robots-in-Disguise-to-Number-One.

Photos d'archives extraites des sites myspace et du facebook des artistes...




auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 23/02/2011

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire