01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Aqua Nebula Oscillator

+ New Crium Delirium
+ Haight Ashbury
Centre Musical Barbara Fleury Goutte d’Or (Paris)
11 avril 2013

Jolie soirée hippie/psyché au Centre Musical de la Goutte d’Or pour ouvrir le festival « Téma Trip » qui s’est déroulé sur quatre jours. Dès 19h, les festivaliers sont accueillis en musique par DJ White Rabbit et ses sons 70’s pendant que le Collectif De Mèche finalise leur fresque créée pour l’occasion. Le public, souvent entre amis, écoute et regarde tout en profitant tranquillement d’un sympathique apéritif composé d’un cocktail (alcoolisé ou non) et de bouchées orientales, d’autant que les performances musicales ne débuteront pas avant 21h.
Ce sont les joyeux lurons soixante-huitards du Collectif « New » Crium Delirium, emmenés par le trublion Lionel « Fox » Magal, qui ouvrent les festivités. Dès les premières notes, on retrouve Lalla Morte (cf : voir la chronique du concert de Reverend Beat-Man) en jolie danseuse vêtue de « plumes de pan » qui se déhanche gracieusement sur le devant de la scène. Et c’est parti pour un voyage d’une heure dans l’espace temps de leur galaxie psyché et expérimentale. Vièle, flûte orientale et trombone accompagnent guitares et percussions pour un show « baba chillum » planant et électrique. Sur fond de projections et lumières orchestrées de mains de maîtres (tout au long de la soirée) par l’Androïde Light Show, Lalla Morte revient sur scène cette fois dans le plus simple appareil pour s’enduire le corps de peintures fluorescentes. Une performance « gongesque » totalement jouissive que le public a salué chaleureusement.

Les vibrations sont bonnes et les jolies hippies nombreuses, le Haight Ashbury peut faire son entrée sur scène. Notre trio hippie noisy écossais, jamais aussi à l’aise que sur une scène digne de ce nom, va donner, avec celui du Café de la Danse en mai 2012, son meilleur concert parisien! Quatre superbes nouveaux morceaux, dont un digne de la plus belle époque de My Bloody Valentine, viennent s’intercaler entre les merveilleux Freeman Town et Sophomore bien rôdés. Jennifer et Kirstie sont toujours aussi craquantes, le public ne s’y trompe pas et l’ovation qui conclut leur show est amplement méritée. Sans contestation possible, l’un des meilleurs groupes britanniques de ces dix dernières années et on attend avec impatience leur troisième album prévu pour début juin.

Après une pose, le groupe Aqua Nebula Oscillator monte sur scène à minuit, soit une belle heure pour ces oiseaux de nuits, mais un peu tard pour ceux qui doivent prendre le dernier train pour la banlieue. Depuis le départ de la chanteuse Shazzula, ANO est devenu un trio, et leur musique sombre et gothique est devenue plus rock et plus acide. La formule trio leur va très bien ! Sur scène ils ne sont pas poseurs, mais ils ont la classe et l’énergie digne des plus grands, tels que les Stooges, MC5 ou le 13th Floor Elevator. Leur son est à la fois sale et bien psyché. On se laisse vite embarquer par leurs frasques sonores. ANO sont des pros qui ont des pur titres hallucinogènes à faire partager au public. Les projections visuelles ne font que renforcer le good trip. Dans le style psyché rock, ANO c’est du solide. Pas besoin de substances pour décoller, leur musique suffit largement à combler notre cerveau « atomique ». Peace of trip ! Au final cette belle soirée psyché, haute en couleurs bariolées, nous a bien plu. Enfin, il est à noter que le son dans l'Espace Barbara est magnifique. Il porte bien son nom: Centre Musical Barbara.

New Crium Delirium



Haight Ashbury






Aqua Nebula Oscillator



Photos: Paskal Larsen


www.myspace.com/aquanebulaoscillator
www.myspace.com/haightashburyuk

auteur : Philippe Spear - philippe.alsat@yahoo.fr
chronique publiée le 25/04/2013

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire