01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
La Position du Tireur Couché

Le Velvet (Clermont-Ferrand)
samedi 31 janvier 2004

Après une longue période d’hibernation (et de répétitions), le groupe clermontois La Position du Tireur Couché faisait son retour sur scène au Velvet, un ancien club rock aujourd’hui dédié aux musiques électroniques. Sous le nom de Club 3000 puis de Sonic Rendez-Vous, ce lieu culte avait permis aux fans de rock d’assister aux concerts donnés par leurs musiciens favoris, bien avant l’ouverture de La Coopérative de Mai en mars 2000. Dans un cadre ultra rock permettant une incroyable proximité avec le public, Sloy, Autour de Lucie, Deus, Venus, Joseph Arthur, Les Thugs, Sebadoh, Smog et bien d’autres ont effectué ici des prestations remarquées. C’est donc la tête remplie d’excellents souvenirs qu’on descend les marches du Velvet…

Dès leur arrivée sur la minuscule scène, les cinq membres de La Position du Tireur Couché s’attachent à jouer leur premier morceau de la manière la plus molle et minimaliste possible. Pas de doute, les chantres de la chanson pop décalée sont de retour ! On se rend très rapidement compte que tout ce qu’on avait aimé lors de leurs concerts puis sur le premier “ 7 titres ” publié en 2002 est toujours présent. Les qualités du groupe sont plus que jamais là : textes pleins d’humour, compositions qui tiennent la route malgré une économie de moyens revendiquée, dialogue permanent (et souvent hilarant) entre une voix mâle et une voix féminine, sonorités de claviers ultra kitsch et guitares rageuses (quand les guitaristes trouvent la force d’appuyer sur la distorsion).

Certains, sans doute friands de musique figée dans le formol, reprochent au groupe son attitude un peu dilettante, son (relatif) manque d’assurance sur scène et un batteur peu soucieux de montrer sa force de frappe… Mais l’essentiel n’est-il pas de faire passer une bonne soirée et de donner le sourire à tout le monde ? Très loin des considérations techniques de musiciens maniaques, le public semble apprécier le spectacle à sa juste valeur ; il réserve un accueil chaleureux aux nouveaux morceaux, aux compositions de la première heure et à la magistrale reprise de Pale blue eyes du Velvet Underground.

En jouant leurs titres accrocheurs et détonants, Frédéric (chant malicieux, guitare, pantalons bien taillés), Fred (basse, déhanchements lascifs, chaussures classieuses), Gaëlle (voix, maracas, physique de star sixties), Gaël (batterie, claviers avec un doigt, cymbale surprenante) et Lilian (guitare électrique ténébreuse, claviers) ont décidément le chic pour créer des ambiances délicieusement pop et immanquablement drôles… Il est par exemple difficile d'éviter le fou rire pendant le morceau où le couple Gaëlle et Gaël fait des « oh » et des « ah » en gardant son sérieux par miracle. Bête est un autre moment d’anthologie dans le registre humoristique, Gaëlle y endossant avec talent son rôle de Brigitte Bardot suprêmement nunuche. Il faut souligner que l’« ignoble » Frédéric Pradelle prend un malin plaisir à écrire puis à faire chanter des textes misogynes à une charmante jeune femme, une formule appliquée avec le succès que l’on sait par Serge Gainsbourg et les Little Rabbits. Fort heureusement ce « sinistre personnage » possède aussi un solide sens de l’autodérision : il semble jubiler en se présentant dans ses textes comme un loser (James Bond du quartier), un salaud intégral (Les femmes mariées), un séducteur à la petite semaine (Acapulco, Steve Austin), un jeune homme maladroit avec les femmes (On flanche), un dangereux misanthrope (Les 400 coups) ou un gros Branleur… Cette petite revue de détail prouve que ce groupe à part possède toutes les armes pour provoquer des étincelles avec ses compositions gratinées.

Après quelques (légers) réglages, la fusée La Position du Tireur Couché semble prête à décoller vers des cieux cléments. La sortie du premier véritable album - en mai 2004 - et des concerts réjouissants comme celui-ci devraient permettre au groupe d’élargir sa base de fans, voire de déclencher une Lapositiondutireurcouchémania...

(Photo live : Marc Geneix)


www.laposition.tk

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 01/02/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire