17/10/2017  |  4887 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/10/2017 à 15:00:41
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
MAULWÜRFE

FGO-Barbara (Paris)
13 septembre 2017

Pour l’ouverture de la saison 2017-2018, le FGO-Barbara a invité le groupe MAULWÜRFE pour son premier concert parisien. Ce groupe de taupes à taille humaine est le projet de l’artiste Philippe Quesne. Cette nouvelle étape en formation concert fait suite à la performance théâtrale Welcome to Caveland qui s’est déroulé en novembre 2016 au théâtre Nanterre-Amandiers avec La parade des taupes et La nuit des taupes. Les spectacles de Philippe Quesne ont toujours un côté rock/alternatif. Dans ses précédents spectacles, le groupe de punk rock garage les Subtle Turnhips et Ramones de l’assos Les Barroks avaient une place de choix à la fois comme musiciens et comédiens.

Le groupe MAULWÜRFE fait une musique électro rock indus minimal située quelque part entre une BO d'un film de John Carpenter et les bruitages des Residents. Leur musique est des plus fun et des plus absurdes, tout en restant très correct du point de vue style sonore, car il y a de la vraie composition. Comme instruments, il y a une guitare, une basse, une batterie, un synthé et un thérémine. Quant au chant, il consiste à pousser des cris presque au ralenti en mode 33t mauvaise vitesse, ce qui donne une sorte de style doom music, mais sans tomber dans le métal rock. Voir les musiciens revêtus de leurs costumes de taupes, plutôt imposant, donne une dimension ludique et fantastique située non loin d’un film Z tel que Les rats de Manhattan (de Bruno Matei) et son final ubuesque. Les quatre musiciens « taupes » sont rejoint par quatre autres taupes qui font les cons. Ils se baladent entre la scène et le public, ce qui crée une ambiance de bonne déconnade dans la salle. Les jeux de mots avec « taupe » fluze à tout va (avec ZZ « taupe » en tête). Sur scène, les taupes dissipés roulent par terre, dansent, s’amusent avec un vert géant, pendant que les musiciens s’appliquent à jouer. Bref, ce nouveau concept de groupe est un pur régal visuel et sonore, qui donne la banane, surtout en cette période de rentrée (les vacances sont déjà loin !), et en cette soirée pluvieuse digne d’un mois de novembre. Ainsi on quitte la salle de bonne humeur sans souci d’être trempée et d’être alpagué dans le métro par un paumé qui fait la manche. Quelque part, dans le métro parisien, les « clients » sont des taupes qui déambulent dans les couloirs et sur les quais.

Photos: @ Paskal Larsen


www.facebook.com/maulwurfe/
www.fgo-barbara.fr/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 14/09/2017

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire