01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
The Libertines

Elysée Montmartre (Paris)
mercredi 18 juin 2003

Bayon, de Libération, ne se met décidement pas à la place des vrais gens. Il prend rarement la plume pour parler de rock.
Mais lorsqu'il écrit, c'est pour encenser un énième sauveur du rock, qui se révèle trop régulièrement n'être qu'un feu de paille (par exemple Hoggboy).
Il néglige le fait que le public (donc des lecteurs potentiels du quotidien) paie aussi bien pour voir un groupe sur scène (prix des places très onéreux à Paris) que pour acheter ses disques (à un coût beaucoup trop élevé par rapport à la qualité globale de la production actuelle - TVA à 5,5% vite et retour du vinyl en force !!).
Mercredi 18, il s'exprimait sur les Libertines jouant le soir même à l'Elysée Montmartre dans les colonnes du journal, qui se ralliait -jadis- ce jour-là à la cause de "l'appel du 18 Joint". En quelques lignes, il transcrit certains faits qui s'avèrent emplis de mépris ou d'arrogance typiquement parisianiste.
Il évoque un "non-label", en parlant de Dialektik Records, qui a fait enregistrer un 45 tours aux Libertines, en 96 heures chrono cet hiver. On doit déduire que seuls comptent à ses yeux et ses oreilles les belles majors internationales qui le gâtent tout au long de l'année de copies promotionnelles et l'invitent à des parties privées avec champagnes et stars du showbiz.
Il ajoute ensuite "celte" en évoquant cette maison de disques de Nantes et parle de "chouchen" en insistant sur les beuveries continuelles du groupe à l'occasion de ses sessions ligériennes. Pour lui, Nantes est en Bretagne et bien entendu l'hydromel est la boisson locale de base de la capitale des Pays de la Loire.
Doit-on lui rappeller qu'un redécoupage de la France a eu lieu depuis la révolution définissant 22 régions administratives ? Peut-on lui préciser qu'il aurait été plus opportun de parler de muscadet ou de gros-plant en terme de produits du terroir ? Il serait vivement souhaitable que Bayon quitte son cartable qu'il transporte même lors des concerts et endosse un sac-à-dos afin de découvrir ce qui se passe au-delà du périphérique !!
Le show des Libertines aurait été assurément inoubliable dans un café-concert (s'il en restait), mais dans la grande salle du quartier jouxtant Pigalle, ce fut assez poussif. Une autre fois peut-être.


www.thelibertines.co.uk/
membres.lycos.fr/fourdu/dialektik.html
www.libe.com/

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 19/06/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire