29/03/2020  |  5333 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 28/03/2020 à 15:36:48
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Queens Of The Stone Age (QOTSA)

Elysée Montmartre (Paris)
mardi 10 juin 2003

L'Arapaho était la salle de référence à Paris, dans les années 90. Située sous le centre commercial Italie 2 (!), tous les groupes "pointus" y faisaient leurs premières armes. Le 14 décembre 1998, Queens Of The Stone Age y jouait devant un parterre plus que clairsemé : une cinquantaine de personnes seulement assistaient au show compact, très compact, voire assourdissant des QOTSA.
L'ambiance y était étonnante. Par exemple un jeune chevelu, tour à tour, sautille puis est aperçu plongé dans la lecture d'un livre de poche ! Josh Homme, ex-guitariste de Kyuss (du Black Sabbath en plus lent et plus heavy), applaudit entre les morceaux ! Son bassiste Nick Oliveri éructe déjà de sa voix suraiguë. Les américains assuraient alors la promotion de la sortie de leur premier album homonyme : rien ne laissait présager, à l'époque, du succès international du groupe.

Près de cinq années plus tard, QOTSA a publié un disque exemplaire, Songs for the deaf, avec des hymnes imparables (Go with the flowNo one knows, Another love song).
Après une annulation en novembre 2002, pour raison médicale ( ?), le groupe à géométrie variable (quatre ou cinq personnes suivant les moments) jouait pour deux soirées complètes à l'Elysée Montmartre.
Le show des QOTSA est plus ou moins bien huilé. On peut cependant distinguer trois prestations en une :

1) Nick Oliveri au look diablotin -imberbe et chauve avec une longue barbichette- possède toujours sa voix stridente, presque stressante. Il la colle sur les morceaux, que n'aurait pas reniée la génération straight-edge : proches du vieil hardcore New-Yorkais.

2) Mark Lanegan, chanteur additionnel, transforme les titres lourds sur lesquels il pose sa voix, en un univers à la fois psychédélique et métal ahurissant. Sa seule présence, avec son timbre de saule pleureur, magnifie immédiatement le set, qui manquait alors de rythme dans les enchaînements. Auteur d'albums solo dépressifs déterminants (The winding sheetScraps at midnight), l'ex-frontman de Screaming Trees publiera à la rentrée un nouvel opus avec notamment P.J. Harvey en guest. Cette dernière semble être en pleine cure de métal, puisqu'elle a récemment collaboré à une Desert session, défi annuel spécialisé es-stoner rock. Famille musicale dont Josh Homme est l'un des inspirateurs.

3) Les titres interprétés par le leader de QOTSA sont plus fidèles au son et à l'univers du groupe (du Black Sabbath en toujours plus lent et beaucoup plus heavy). Sa nonchalance est paradoxale avec ses riffs massifs.

Une bonne prestation des QOTSA, non seulement grâce à la prestance de Mark Lanegan mais aussi via la qualité des compositions de Homme and Co.


www.qotsa.com/

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 11/06/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire