01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Ministry

Elysée Montmartre (Paris)
vendredi 4 juillet 2003

Pionnier de l'indus-métal depuis le milieu des années 80, pillé de toute part tout au long des années 90, Ministry a survécu aux suiveurs et aux effets de modes. Nine Inch Nails, éternel second couteau, n'a pas donné de signe de vie depuis le volumineux (triple vinyl) mais passable The Fragile en 1999. Al Jourgensen, mentor du Ministry crew, a ainsi eu tout le loisir de revenir en force en début d'année avec Animositisomina. Bel album bruitiste qui ravive les douces sensations apocalyptiques du milieu des années 90.

Après un premier passage en février 2003 jugé plus que convaincant par les fans hardcore, Ministry relevait de nouveau le défi d'abassourdir son public.
En ce début juillet, même les gothiques semblent avoir fui la capitale (pour rejoindre le côté obscur de la Côte d'Azur ?). On pourrait presque comparer la prestation de l'Elysée Montmartre à une "desert session" !
A 20 heures sonnantes, débuteront 120 minutes de déluge sonique. Le dernier album est la pièce centrale de la soirée, sur fond d'imageries bizarres (W Bush...), sur un écran géant, qui interpellent.
Le groupe n'omettra pas de glisser quelques classiques de temps à autre : Just one fix ou encore NWO. Afin de renforcer l'esprit chaotique de la prestation, deux batteries frapperont par moment en même temps. Sur un autre titre 4 guitares seront utilisées !
Pendant tout ce temps, Jourgensen s'agrippera à son pied de micro-guidon de biker (lumineux) et usera sans modération de son charisme naturel, sans toutefois se laisser complètement aller !

Un réel moment de torture auditive fidèle à ses objectifs.


members.tripod.com/jourgensen/

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 05/07/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire