01/04/2020  |  5336 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 31/03/2020 à 16:30:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Alain Bashung (Répétition publique)

La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
jeudi 25 septembre 2003

Après un mois de préparation à Tourzel-Ronzières (Puy-de-Dôme), Alain Bashung concluait jeudi soir ses dix jours de résidence à la Coopérative de Mai par une répétition en public devant 400 invités. « Sans aviron, sans élixir », ce retour sur scène après neuf ans d’absence n’a eu aucun mal à étourdir une assistance mesurant le côté exceptionnel de ce moment…

La répétition commence quand les six excellents musiciens - Jean-François Assy (violoncelle), Adriano Cominotto (claviers), Yan Péchin (guitare), Brad Scott (basse, contrebasse), Geoffrey Burton (guitare) et Nicolas Stevens (violon) - prennent place de chaque côté d’une pyramide en haut de laquelle trône le batteur, Arnaud Dieterlen. Derrière un rideau transparent, le groupe se lance dans le majestueux Tel, le premier morceau de L’imprudence, dernier chef d’œuvre en date de Bashung. Tout de noir vêtu, tel un Nosferatu rock ‘n’ roll, Alain Bashung descend un peu plus tard jusqu’au micro… D’une voix caverneuse et captivante le « revenant » déclame alors ces premiers vers : « Tu perds ton temps à mariner dans ses yeux, tu perds ton sang. Tel Attila, tel Othello… ». Un frisson de bonheur parcourt tout le corps…
Quelques secondes ont suffi pour happer le public, immédiatement transporté dans l’univers tourmenté et audacieux de l’artiste. Le spectateur, sonné, entre de plain-pied dans un monde aussi fascinant qu’inquiétant. Habitées par de bouleversantes cordes et des guitares atmosphériques, les compositions trouvent un parfait écho dans les images en noir et blanc (signées Dominique Gonzales-Foerster) projetés sur deux écrans placés de chaque côté de la pyramide scénique. La voix, les textes et les musiques de Bashung ne pouvaient rêver plus pertinente mise en scène que celle, sombre et ténébreuse, imaginée par Vincent Boussard. Le répertoire donne la part belle aux deux derniers albums scéniquement inexploités - Fantaisie militaire et L’imprudence -, s’arrête le temps de quelques titres sur Chatterton et Osez Joséphine avant de faire une courte plongée vers des instants plus anciens : Vertiges de l’amour, Bombez !, What’s in a bird. L’assistance aura même la surprise d’assister à deux duos réussis avec Chloé Mons, mystérieuse et sexy, sur Faisons envie et le Cantique des cantiques. Chose rare chez un artiste ayant sorti autant de disques, les morceaux des albums les plus récents sont les plus convaincants… Restant sourd aux sirènes lui demandant de « pondre un truc qui marche » pour faire tourner sa petite entreprise, Bashung a choisi de prendre la contre allée en délaissant les grands axes. Pour notre plus grand Plaisir.

Durant deux heures et vingt minutes, Bashung et ses musiciens délivreront un spectacle, certes encore perfectible (d’autres répétitions auront lieu avant le lancement de la tournée le 8 octobre à Bruxelles) mais dégageant déjà une puissance émotionnelle rarement atteinte dans les contrées du rock français. Serge Gainsbourg a inventé le terme adéquat pour qualifier ce filage très prometteur : « classieux ». On brûle déjà d’impatience de voir la version définitive de cet ambitieux spectacle le 22 octobre 2003 à la Coopérative de Mai.

(Photo Ludovic Lefrançois)


www.alainbashung.com.fr

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 26/09/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire