26/06/2019  |  5207 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 26/06/2019 à 11:26:10
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Les Wampas

EMB (Sannois)
mercredi 7 mai 2003

Après avoir loupé sa prestation au Printemps de Bourges pour assister au concert solo de Beck, on attendait impatiemment de croiser à nouveau la route du « Psychobilly Wampas Flying Circus » ! Après moult recherches, on localise la troupe en région parisienne, à l’EMB de Sannois, une salle de 550 places idéale pour les concerts de rock…

Crête punk sur la tête, arborant sa chère Flying V, Didier W. arrive, accompagné par les fidèles (et impeccables !) Philippe Almosnino (guitare), Jean-Michel Lejoux (basse), Joseph Dahan (guitare) et Nicolas Shauer (batterie). Le méga show rock de la famille Wampas peut alors commencer, comme en 2000, avec le méga tube de punk rock attendrissant J’ai avalé une mouche… Et 1 et 2 et 1, 2, 3, 4 : c’est parti pour une heure trente de « Toutafonlive » : il y a une telle énergie déployée sur scène et dans la salle que dès le deuxième morceau, musiciens et public sont en nage.

Magnifiquement secondé par ses musiciens, D.W. peut se laisser aller à enrichir son catalogue de facéties scéniques : « chant » saturant dans les aigus, jet de micro, sauts dans le public, chant assis sur une chaise portée à bouts de bras par le public, t-shirt sauvagement déchiré, saccage de la passerelle de l’EMB (la barrière s’en souvient… ), solo de guitare appliqué pour prouver ses progrès, jet de bouteille d’eau après s’être aspergé (et avoir ruiné sa crête !), un titre entier hurlé avec le micro dans la bouche… La liste est longue… et non exhaustive ! Impossible de ne pas sourire à un concert de ce groupe là : le niveau est tel que les zygomatiques fonctionnent tout seuls.
Les Wampas ont cartonné à l’EMB en interprétant de nombreux titres du monumental Never trust a guy who after having been a punk, is now playing electro (Comme un Kenyan, Le Télégramme de Brest, Manu Chao,Little Daewoo, Chocorêve, L’aquarium tactile… ) et en revisitant leurs « plus grands succès » (Puta, Comme un ange (qui pleure), Jalabert, DW, Rising… ). Saoulé par tous ces coups au cœur et fortement encouragé par le comportement hystérico rock du King of punk, le public scande longuement et en chœur « Didier Wampas est le roi » en intro du morceau . Normal, le souverain chanteur a réservé des « surprises » - impatiemment attendues - à son parterre d’inconditionnels… Il vient chanter Vie, mort et résurrection d’un papillon au milieu de ses fans - assis pour l’occasion -, se permet de jouer de la guitare sèche sur Trop précieux et enfin, joue du piano sur l’inoubliable et cruel slow, Les apprentis charcutiers.
Après avoir embrassé tout le monde sur Kiss, avoir fait monter (presque) toutes les filles sur scène pour enchaîner Où sont les femmes de Patrick Juvet avec le hit Petite fille, il est temps de prendre un peu de repos. Il me semble bien que si j’avais le portefeuille de Manu Chao, j’assisterais à l’intégralité de la tournée 2003 des Wampas ! En attendant cet heureux événement, rendez-vous le jeudi 22 mai 2003 à 20 h 30 à la Coopérative de Mai de Clermont-Ferrand…

auteur : Pierre Andrieu - pierre_andrieu@yahoo.fr

2ème avis :

KISS !!!

Kiss à l'inventeur du RER (et de la RATP).
Kiss à toi qui avais acheté ta place à l'avance.
Kiss à vous qui avez dû rester dehors.
Kiss à toi avec un t-shirt Béru, une jupe écossaise et deux couettes.
Kiss à toi Julien de l'EMB.
Kiss à vous jeunes Full Screen, qui avez chauffé la salle.
Kiss à toi avec tes lunettes correctrices annonçant tout ce qui allait se passer à tes deux voisins.
Kiss à toi qui ne connaît pas le déodorant.
Kiss à toi qui est resté torse-nu et poisseux tout le concert.
Kiss à toi Pierre Andrieu, chroniqueur déchaîné.
Kiss à toi qui pogote comme au temps du New York Hardcore.
Kiss à toi, maman avec sa jeune fille blonde (avec t-shirt Wampas).
Kiss à vous avec vos perfectos et votre gomina.
Kiss à toi avec ta copine et ton air très suffisant.
Kiss à vous qui servez les bières et les sodas.
Kiss à toi qui est à la vente des t-shirts.
Kiss à toi qui n'est pas venu que pour "Manu Chao".
Kiss à toi qui viens de découvrir les Wampas.
Kiss à toi, toi et toi.
Kiss à l'inventeur de l'électricité.
Kiss à la langue française.
Kiss aux Ramones.
Kiss à Didier évidemment.
Kiss aux Wampas naturellement.

Un concert des Wampas, c'est un événement. Difficile d'en sortir indemne. La preuve, on en distribuerait des "kiss" à tout le monde et pour toujours !


www.wampas.com

auteur : Samuel Charon -
chronique publiée le 08/05/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire