22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique concert
Hip Hop Don't Stop : Missy Elliott, Mary J Blige, Rohff, Talib Kweli...

Palais Omnisports de Paris Bercy (Paris)
dimanche 27 juin 2004

Il serait temps de s’interroger sur les prix des places de concerts, qui sont désormais exorbitants dans bien des cas.
Si le programme est effectivement alléchant (malgré le désistement assez gênant de Kelis), qui, parmi les fans de Missy Elliott ou de Talib Kweli peut se permettre de débourser 40 euros pour une seule soirée ?

Résultat, Bercy sonne un peu creux. Sachant que la date de Bruxelles a été annulée, voila qui donne à réfléchir. Et c’est toute une partie du public de Missy qui ne peut profiter d’une de ses rares visites en France. On imagine la déception, notamment pour les fans issus des cités, qui ne sont pas si nombreux ce soir.

Ils n’auront donc pas assisté au concert de Talib Kweli, accompagné de deux choristes. Il peine cependant à chauffer la salle, même si quelques samples (musique africaine, Michael Jackson) l’aideront un peu.

Rien à voir cependant avec l’enthousiasme que soulèvent les mix des DJs de Générations (88.2 FM) entre les concerts. L’occasion de remarquer que les excellents Outkast provoquent les mêmes réactions de délire que dans les soirées "rock" !

Rohff a mis le paquet pour éviter le bide : court métrage à la Taxi pour introduire le set, DJ perché au sommet d’un arc de triomphe, puis arrivée du "héros" sur une grosse cylindrée ! Raté, tout cela ne masque pas l’insignifiance de la plupart de ses compositions. "C’est parce que vous ne connaissez pas l’album" se rassure-t-il en quittant la scène la queue entre les jambes.

Et voici enfin Missy Elliott qui n’aura, elle, aucune difficulté à faire décoller Bercy. Il faut dire que son énergie est contagieuse, notamment quand elle réapparaît dans les tribunes avant de traverser la fosse pour rejoindre la scène.
Les chorégraphies des danseurs qui l’accompagnent sont excellentes, et les tenues de scène les plus extravagantes défilent sans qu’à aucun moment le rythme ne baisse. Seul le mixage du son me laisse sur ma faim : la partie musicale est à peine audible, tant les voix et les beats sont placés en avant (comme c’est le cas dans trop de concerts hip-hop cela dit).

La soirée s’achève avec Mary J Blige qui se présente accompagnée d’un groupe. Le style se veut plus soul mais c’est plutôt de la soupe qui nous est proposée, desservie il est vrai par la très mauvaise qualité du son (et oui, on est à Bercy !).

Je n’ai malheureusement pu voir Blackalicious et les Dilated Peoples, passés bien plus tôt dans la soirée, et dont les sets ont sans doute été autrement convainquants.


www.missy-elliott.com/
www.mjblige.com/
www.talibkweli.com/

auteur : demi playmobil - demiplaymobil@foutraque.com
chronique publiée le 29/06/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire