23/08/2019  |  5227 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/08/2019 à 13:53:53
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
They were wrong, so we drowned

Liars
Mute / Labels / EMI - 2004

Après un They threw us all in a trench and stuck a monument on top dont le punk funk pouvait provoquer des danses hystériques, le groupe new-yorkais Liars revient avec un ultra déroutant album de punk noise électro. Intitulé They were wrong, so we drowned, ce disque de transe bruitiste semble avoir été enregistré dans le but de lobotomiser soniquement ses auditeurs, pour mieux les faire partir en vrille ensuite.

Pour créer leur musique déstructurée et très peu accessible, Angus Andrew (incantations soniques, effets) et Aaron Hemphill (guitares expérimentales) sont désormais associés à Julian Gross (batterie concassée). Le trio semble désireux de partir dans la direction ébauchée lors du dernier morceau de son premier album, This dust makes that mud, affichant une demi-heure d’expérimentations répétitives au compteur. Comme cette longue performance, les premières écoutes des morceaux de They were wrong so we drowned provoquent des moues dubitatives, voire un rejet complet de ces bribes de sons apparemment sans cohérence. Toutefois, si l’on arrive à écouter l’album de nombreuses fois, ce qui ne sera certainement pas le cas de tout le monde, il produit un incroyable effet à la fois inquiétant et envoûtant. Courageuse et aventureuse, cette œuvre devrait être siglée “ public averti ”…


www.liarsliars.com
www.labels.tm.fr

chronique publiée le 21/02/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire