15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Showtime

Dizzee Rascal
XL Recordings - 28 septembre 2004

En ces temps de disette hip-hop, les fans de rap américain peuvent se sentir bien orphelins. Heureusement, depuis Londres, la résistance s'organise. Après la réussite du deuxième album de The Streets, c'est un autre seigneur local qui fait son retour. Dizzee Rascal, ex-vainqueur du Mercury Prize, sort son nouvel opus opportunément intitulé Showtime. Il faut dire que la célébrité est passée par là et que la rue n'a plus la même saveur pour le jeune londonien. Entre joies et désillusions, Showtime est justement la chronique de cette ascension.

Niveau textes, on ne s'inquiétait pas trop. C'est plutôt la musique qui pouvait faire peur. Dizzee Rascal représente en effet un courant underground très influent en Grande-Bretagne. Baptisée grime, cette scène peu connue en France nourrit son hip-hop de différentes influences urbaines : drum'n'bass, house...etc. Le problème, c'est que les beats sont souvent très lourds et peu adaptés à nos appareils auditifs. Mais sur Showtime, Dizzee dilue sa recette dans une ouverture musicale salutaire : réminiscences pop, downtempo, beats vintage...

Chercher quels pourraient être les singles de l'album se révèle être un exercice vain. La bonne majorité du disque pourrait en effet prétendre à cette distinction. Signalons tout de même la présence du magnifique Dream, emprunté à Captain Sensible. D'autant que le titre s'avère être le compromis parfait pour couples en difficulté : avec sa mélodie assumée et son rap rigolo, Dream fait le grand écart entre le fêtard et la casanière (ou inversement). Finalement pas si rascal que ça, l'ami Dizzee. Et on l'en remercie.


www.dizzeerascal.co.uk

chronique publiée le 18/10/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire