16/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Backstroke

Matthew Dear
Spectral Sound - 2004

Un peu moins d’un an après le remarqué premier album Leave Luck To Heaven, Matthew Dear revient avec un court opus (environ 45 min), ce qui est assez rare parmi la myriade de galettes technoïdes de plus de 65 minutes qui pullulent sur le marché. Après ces considérations bassement chronologiques (technologiques ?…), revenons à ce qui vous intéresse : la musique.
Ici, la techno infusée trouve ses origines sous des latitudes assez extrêmes, puisqu’on oscille entre Detroit et Berlin, ce qui en définitive est chose courante en ces temps bénis.
Les meilleurs morceaux, Grutwall et Huggy’s Parade, trouveront leur place grâce aux mélodies chantées qui font beaucoup penser à A Certain Ratio (période Good Together), ou alors plus près de nous à Random Factor.
C’est donc à une agréable et minimaliste promenade que nous convie Matthew Dear, dans une ambiance appliquée et sereine où les beats homéopathiques se disputent parfois des élans toniques after-punk, comme sur le très « LCD Soundsystem » Good Girl, ou de l’énervement house à la Bjorn Torske sur And In The Night, qui clôt avec classe ce bel album.
A mi-chemin entre Vadislav Delay et son projet house « Luomo » et le premier Lp de Ricardo Villalobos (Alcachofa) , les amateurs de techno-house mélancolique chère à Model 500 ou au label berlinois Kompakt seront enchantés par un Backstroke plutôt apaisant.


chronique publiée le 22/10/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire