22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
You Sound, Reflect

Tara Jane O'Neil
Quaterstick - 2004

Plus de trois semaines que cette chronique aurait dû être finalisée. Trois semaines, un cycle menstruel. Voici donc comment les modifications de la muqueuse utérine peuvent avoir de l’influence sur une des dernières galettes de Quarterstick.

Ovulation : Muqueuse utérine prête pour la nidation, composition de la glaire cervicale propice au passage des spermatozoïdes.
Du Cat Power 94 bouchonné, voilà ce que c’est. Une Chan Marshall qui prend gentiment son Prozac, et qui n’a jamais bu qu’avec justificatif. Et si on rangeait la galette dans sa pochette à tête de jolie fille presque cernée pour ne pas revendre ça à Gibert trop vite ?

Menstruation : Les artères spiralées glissent dans le trou noir de la fin du cycle. Position fœtale au creux du canapé, le coeur comme l’endomètre, déchiqueté, laminé, entre 0,3 et 0,5 mm. Le cobaye féminin se décide à appuyer sur « Play ».
Mélodie électrique très douce et lancinante, comme avancer dans la nuit, la fille chantonne si bas dans les enceintes qu’il n’y a plus que les instruments qui s’allient, la basse effacée, la guitare planante et les accords très fins. Take the walking, premier morceau. Une incitation à partir et à se laisser glisser sur un fond gris, lisse, à peine émouvant et pourtant arrive le sentiment de s’engouffrer dans une forêt sombre, froide aux arbres comme des broderies. La fragilité, quelque chose qui écrase l’objectivité quand elle vient quand on l’attend.
Suivent Howl, violon, voix en échos et batterie comme une caresse, et The poisoned mine, ballade folk de fille triste, d’égarements passés. L’émotion reprend avec Love song long, amorce du parfait Famous yellow belly, de son piano couvert de sons bidouillés mais toujours minimalistes, humains, comme au creux du canapé, en repli.

Régénération : Les vaisseaux sanguins, les artères utérines s’allongent, s’enroulent. L’endomètre atteint 3mm et on se dit que Tara Jane O’Neil nous a peut être créé ici un cocon en douze pistes, froides et cotonneuses, fantômatique, hymne à ceux qui se replongent dans ce qui n’existe plus. 12 pistes, certaines dispensables autant que les futures après-midi dépressives à les consommer.

Mlle O’Neil sera le 8 Novembre aux Voûtes (Paris) avec Paul Flaherty, que vous ovuliez ou non.


www.tarajaneoneil.com
www.mrlady.com/TJO/

chronique publiée le 28/10/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire