15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Goodnight Nobody

Julie Doiron
Vicious Circle - 19 octobre 2004

Goodnight Nobody, salut la compagnie (bonjour canadien ?), mon baptême en Julie Doiron. On peut rêver pire que l’entêtant Snowfalls in November comme dépucelage de saison. Julie se lance seule dans le numéro d’équilibriste vocale du poignant Sorry Part III, puis dans d’enthousiasmantes arabesques guitaristiques avec David et André Herman Düne sur Last Night. Un des rares disques de l’époque, enregistré en grande partie, huit plages sur douze, avec nos meilleurs américains d’Europe, qui tient vraiment son cap, bon de la première à la dernière goutte, comme une vielle flasque de whisky à laquelle on peut toujours faire confiance.
Julie, accueillante et chaleureuse, nous invite dans sa ferme canadienne, et nous berce de douces comptines telles les acoustiques Tonight is no Night, Dirty Feet et Banjo. On peut aussi rêver pire que le rock vibrant de Dance all Night, emportant très loin ce folk intime auquel on tient comme à la prunelle de nos yeux.
Un disque presque fait maison, livré la main sur le cœur, folk blues généreux et hospitalier à écouter au coin du feu. Serein, apaisé.


www.juliedoiron.com
www.viciouscircle.fr

chronique publiée le 07/11/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire