27/06/2019  |  5207 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 26/06/2019 à 11:26:10
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Au Grand Jour

Franck Monnet
tôt Ou tard / Warner - 2004

Tel un "Machistador", Franck Monnet nous pique avec les ondes sensuelles et pop de son nouvel album, Au Grand Jour. Il se dévoile un peu plus depuis Les Embellies de son disque précédent, paru il y a déjà quatre ans. L'artiste a peur de La Routine dans la vie de couple, il croit que ça n’arrive qu’aux autres, alors qu’elle peut toucher tout le monde. La vanité est aussi l’une de ses préoccupations, le plus important étant de savoir la dompter avant qu’elle ne le bouffe. L’album s’effeuille chanson après chanson comme un croquis de la vie qui passe, des années qui avancent et de la jeunesse physique qui s’enfuit. La peur du lendemain sans pouvoir l’affronter, seul, abandonné comme un lâche à cause de son marivaudage onirique.

Franck Monnet a écrit le disque qui contient la musique qu’il aime, celle des Beatles et de cette pop "suffisante". Il a pris son temps pour choisir ses mots, les triturer, les retourner, les casser pour mieux les assembler. Il a une bande de copains dont plus d’un musicien rêverait : le roi Midas incarné par Mathieu Chedid (alias -M-), qui a réalisé quatre titres et joué de tous les instruments sur ceux-ci (guitares, basses, claviers, synthétiseurs, batterie, percussions et programmations), un multi-instrumentiste hors pair et généreux, le fou du roi en la personne de Sébastien Martel, qui s’est chargé des six autres compositions et arrangements (ce jeune homme a travaillé avec Alain Chamfort, Bumcello, -M-, Sinclair, ou bien encore Camille, cette demoiselle que l’on retrouve dans les chœurs de Mes Pompes Neuves). Je n’oublierai pas non plus de citer Emma De Caunes, qui pousse la chansonnette sur Le Livre Ouvert.

Au Grand Jour révèle un artiste complet sachant écouter son cœur et ses envies. Franck Monnet arrive simplement à toucher les gens là où habituellement on n’ose pas se mettre à découvert, de peur d’avoir mal. Un bien joli disque, à faire découvrir au plus vite.


www.totoutard.com

chronique publiée le 09/12/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire