15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Never say never The best of 1995-2005... and more

Elliott Murphy
Last Call / Wagram - 7 février 2005

Dire qu’on apprécie la musique d’Elliott Murphy, c’est beaucoup moins branché que de s’extasier sur la qualité des derniers morceaux de Devandra Banhart, et alors ? Même si le (très) proche des divines Coco Rosie sort des disques superbes, s’il se la joue bellâtre hippie et s’il est jeune, on peut encore écouter autre chose dans le style folk, non ? Le jeunisme, s’il est exclusif, a parfois ses limites…
Loin des projecteurs, 32 ans après ses tonitruants débuts avec l’album Aquashow, le « vétéran » Elliott Murphy se porte bien, merci. Il vient même de faire paraître une très bonne compilation de morceaux récents, et il donne toujours des concerts empreints de ferveur et convivialité, la partie dvd live de ce best of en est un parfait exemple. On se souvient par exemple de sa prestation réussie à la Coopérative de Mai l’année dernière, et d’un concert solo au festival Rock au Max à Clermont-Fd où il avait été rejoint sur les planches par le bassiste des Skippies (embarqué aujourd’hui dans l'aventure Bikini Machine) pour reprendre le Knockin’ on heaven’s door de Dylan, son modèle avec Lou Reed. Elliott Murphy s’inscrit en effet plus que jamais dans la tradition des songwriters folk rock sachant écrire des paroles pas idiotes, les interpréter avec une belle voix grave (évoquant ses héros cités plus haut) et composer des musiques simples qui restent immanquablement dans un coin de la tête. Sans surprise, les quatorze titres écrits entre 1995 et 2005 présents sur ce Best of tiennent la route et permettent de voyager dans l’univers familier et accueillant du monsieur, entre folk et rock urbain. Elliott Murphy en est à son 27ème album et il ne semble pas vouloir s’arrêter en si bon chemin… Infatigable, il prend d’ailleurs la route chaque fois qu’il le peut.


www.elliottmurphy.com

chronique publiée le 20/02/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire