22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Happiness

Sébastien Schuller
Catalogue / Wagram - 7 février 2005

Ce n’est pas tous les quatre matins que l’on tombe sur un album d’une beauté aussi sidérante que celle du premier effort long format de Sébastien Schuller… Il s’appelle Happiness et il rend effectivement heureux, même s’il est nimbé d’une saisissante mélancolie. Les morceaux électro pop (voire parfois folk) composés presque en autiste par Sébastien Schuller dévoilent des charmes irrésistibles dès la première écoute ; l’auditeur hésite entre une chair de poule tenace et quelques larmes versées presque contre sa volonté. Si l’effet est quasi immédiat, il a également le mérite de se prolonger dans le temps… Grâce à la richesse de la production (qui reste malgré tout très sobre), on a même carrément l’impression de découvrir les titres à chaque écoute. Tous les petits détails dont le disque a été truffé contribuent à des décollages répétés pour des sphères lointaines : les claviers aériens, la voix cristalline et émouvante, les gimmicks entêtants, les mélodies imparables. A titre d’exemple, on pourrait écouter Weeping Willow des centaines de fois (c’est déjà fait d’ailleurs), cela n’y changerait rien : ce morceau restera toujours un chef d’œuvre, une infernale machine à provoquer de délicieuses hallucinations… Et ce n’est pas le seul ! Wolf, avec son rythme lancinant, ses chœurs en apesanteur et ses parties de piano, d’orgue et de mélodica addictives (le fantôme de Air passe subrepticement) marque durablement lui aussi. Tout comme Tears coming down et ses ambiances sur le fil du rasoir à la Perry Blake et sa voix à la Thom Yorke. Un peu plus loin, sur le quasi religieux Donkey Boy (cette voix gorgée d’écho, comme si elle avait été enregistrée dans une église), on pense même carrément à Radiohead. Le dernier morceau, quant à lui, pourrait éventuellement se rapprocher de Syd Matters (qui a lui aussi écouté le groupe d’Oxford), un autre talentueux français fasciné par la pop/folk spatiale chantée en anglais. L’uniformisation reggae/chanson réaliste n’est pas encore pour demain en France, ouf !

A lire également, un compte rendu du bouleversant concert de Sébastien Schuller dans le cadre de la Route du Rock 2005.


www.sebastienschuller.com
www.catalogue-records.com


chronique publiée le 25/02/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire