20/11/2019  |  5268 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/11/2019 à 15:31:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Nothin' to celebrate

Red
Universal Music Jazz France - 24 janvier 2005

Sur scène, comme sur disque, les rencontres avec Red sont toujours de bons moments, et le nouvel album – Nothin' to celebrate – ne déroge pas à la règle, loin de là… Plus que jamais brillant songwriter et interprète saisissant, Red s’est encore une fois entouré de musiciens excellents (Tonio Marinescu - batterie -, Jerôme Excoffier - guitare -, Léo Prud’homme - piano, orgue) et d’invités triés sur le volet (Bonne « Prince » Billy et Laetitia Sheriff viennent pousser la chansonnette). Sans surprise, ce nouvel opus est donc une réussite dans la veine folk/rock/blues ; les morceaux sont bien écrits, sonnent roots, la production est sobre mais riche (présence de nombreux instruments originaux et classieux - comme un banjo, une scie musicale, un orgue farfisa ou une harpe - ainsi que de quelques touches électroniques) et la voix de Red est sidérante de profondeur et d’authenticité. Véritable fils spirituel de Johnny Cash, Bob Dylan et Bonnie « Prince » Billy, Olivier Lambin (le vrai nom de Red) poursuit son bonhomme de chemin sur une route personnelle et tortueuse. Ses héros musicaux ne sont plus très loin… Ceux qui l’ont croisé à l’occasion d’une tournée (que ce soit en solo ou en groupe) s’en souviennent longtemps après, ne le manquez surtout pas !

A lire également : une interview de Red réalisée en 2002, des chroniques de ses concerts au festival de Sédières en 2004 et à la Coopé en 2005, ainsi que la critique de son disque précédent, 33.


www.universalmusic.fr/servlet/FrontCreatorServlet?action=news&artiste_id=80230


chronique publiée le 24/03/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire