22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The invisible invasion

The Coral
Deltasonic - 23 mai 2005

Déjà l'heure du quatrième album pour les sept petites frappes de Liverpool. Enfin plutôt troisième album bis, car Nightfreak and the Sons of Becker, sorti l’an dernier en édition limitée, ressemblait à un petit caprice psychédélique sans véritable fil directeur. James Skelly et sa bande y forçaient trop sur l’herbe que foulait jadis Boum Boum Becker. Avec The Invisible invasion (produit par Geoff Barow et Adrian Utley de Portishead), The Coral donne une suite au lumineux Magic and Medicine et risque d’aggraver son statut de petit préféré des rocks critics.

La vingtaine tout juste entamée, les Liverpuldiens s’imposent sans fracas comme un groupe rare ; capable de faire rimer pop et expérimentation, légèreté et consistance. Un groupe de gamins déjà hors d’âge, pas branché pour une Livre, qui préfèrent s’égarer sur les chemins de traverse que suivre le reste du troupeau sur une autoroute balisée. Ici, pas de plans guitares prêts à l’emploi ou de gimmicks cache misère, mais des chansons qui tiennent au corps. Des ballades bucoliques à siffloter comme In The Morning, des ambiances plus sombres qui suintent le vieux saloon (She Sings The Mourning) et des titres que Lee Mavers (The La’s) a égaré quelque part dans son cerveau embrumé So Long Ago. A partir d’une écriture raffinée, la musique de The Coral s’échappe dans des variations folk (Late Afternoon) ou limite Kinks des débuts sur le rugueux Arabian Sand.

Le gang potache, découvert avec le mini tube Dreaming of you en 2001 a mûri, sans devenir raisonnable pour autant. The invisible invasion gagne en qualité à chaque écoute et sonne comme un classique perdu parmi tous ceux à venir. Pour l’instant, voici douze morceaux racés pour savourer les lendemains - arrosés - de victoire en Coupe d’Europe.


www.thecoral.co.uk
www.deltasonic.co.uk

chronique publiée le 27/05/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire