15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Whores in Taxis

The Vichy Government
Filthy Little Angels - mai 2005

Iconoclaste, sarcastique, provocateur, caustique, The Vichy Government vient de Cambridge, s'est récemment installé à Londres et a tout pour plaire. Andrew Chilton et Jamie Manners sont des anticonformistes jouant avec une image sulfureuse de cabaret allemand ancré dans une époque révolue et honteuse. Arborant mèche blonde, pull jacquard, yeux maquillés, robe de chambre ou jupe, Jamie, le chanteur dandy et androgyne, raconte des histoires piochées dans la conquête du monde et de ses tyrans : How To Become A Cult Figure, The Immortals, The Loneliest Man In Ancient Rome, Serbian Warlord, Oliver Cromwell In Weimar Berlin. Il faut donc avoir une bonne dose de second degré pour comprendre l'humour de ses titres. La mise en son électronique est prise en charge par Andrew : minimaliste, spartiate et perturbante. Les mélodies sortent de boîtes à rythmes et synthétiseur Casio, elles colorisent parfaitement les textes de Jamie qui sont souvent parlés et non chantés. Andrew, retranché derrière ses machines, reste dans l'ombre portée du chanteur, esthète des mots et des ambiances bigarrées. Dix histoires courtes menées, sobrement, aux frontières de Suicide ou du Cabaret Voltaire. Un son, une imagerie, une distinction jamais entendus auparavant. D'ailleurs Jamie dit à ce sujet lors d'une interview pour Culture IN : "Si vous connaissez des groupes qui font exactement pareil que nous, je veux les rencontrer et leur parler. Bien entendu, il y a des gens qui m'ont influencé mais je ne me revendique pas d'eux. Mes inspirations viennent des polémistes et des outsiders comme César, Swift, Defoe, Céline, Patrick McGoohan, Cathal Coughlan, Momus des années 80 et Luke Haines".Volontairement provocateur de par son nom, The Vichy Governement pastiche une politique qu'ils haïssent. Ce duo a tout pour conquérir le monde musical. Whores In Taxis est inclassable, indéfinissable, subversif. Jamie a le don de savoir lever les tabous et d'appuyer sur un point ultra sensible ; il n'y a qu'à écouter quelques unes de leurs premières compositions, The Protestant Work Ethic et Orange Disorder, dont la seule lecture des titres laisse imaginer comment leurs concerts en Irlande peuvent se dérouler. A suivre !


www.thevichygovernment.com
www.filthylittleangels.com

chronique publiée le 21/06/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire