22/01/2020  |  5294 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/01/2020 à 17:55:02
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Lover/Fighter

Hawksley Workman
Mercury / Universal - 2003

Désormais sur une Major (Mercury Universal), le Canadien francophile Hawksley Workman frappe un grand coup avec son quatrième disque ! Pourtant au début, on avait un peu tendance à tiquer sur le premier single We will still need a song ressemblant un peu trop au premier abord à une (bonne) composition du groupe U2. Sur ce titre, non seulement la guitare sonne comme celle de The Edge mais en plus Hawksley chante comme Bono... Quelques écoutes après, on faisait comme tout le monde : on sifflait cette chanson sous la douche.

Hawksley Workman est décidément très fort, il l’avait déjà prouvé avec ses albums For him and the girls (2000), (Last night we were) The delicious wolves (2001) et Almost a full moon (2002) mais aussi avec ses concerts éblouissants quelque soit le lieu (La Coopérative de Mai, Le Festival de Sédières, Le Festival les Côtes du Rock).
Jeune et joli, le Monsieur est en plus doté d’un talent pour composer des morceaux entraînants, intimistes ou flamboyants en se servant de tous les instruments et de – presque – tous les styles musicaux possibles et imaginables. Pour le commun des mortels, c’est un peu énervant ! Mais celui-ci se consolera aisément en se délectant des dernières aventures d’Hawksley en studio : Lover/Fighter. Car les neufs titres (plus les bonus tracks) de cet album sont une sorte de Best Of de ce que Workman a fait de mieux. Difficile de sortir un titre du lot devant un tel étalage de talent… On ne résiste toutefois pas au plaisir de citer Even an ugly man, une vibrante réussite dans le style “ballade pop avec gimmick de guitare”, Wonderful and sad qui émeut grâce à un piano et un chant sobres, ou encore Anger as beauty, un (futur ?) single de rock ‘n’ roll énergisant. On remarque aussi le puissant et accrocheur morceau Tonight romanticize the automobile et la magistrale reprise à la sauce piano intimiste du remarquable Love will tear us apart de Joy Division…

En jouant parfaitement son rôle d’entertainer intelligent sur Lover/Fighter, Hawksley Workman réussit à combiner habillement un coté grand public et une face plus personnelle…


www.hawksleyworkman.com

chronique publiée le 16/10/2003


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire