23/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Le Pavillon Des Fous

Thomas Fersen
tôt Ou tard / Warner Music France - octobre 2005

Tout va bien dans la tête de Thomas Fersen… Il pose avec un œil postiche (et maquillé) sur la pochette du Pavillon des fous, et à l’intérieur de son nouveau disque, on trouve une chanson où il converse avec son squelette, une autre où il dialogue avec sa chienne Zaza, plus loin, il évoque son autre animal de compagnie, un iguane, ou encore un serial killer qui s’appelle Hyacinthe, sans oublier de raconter l’histoire de la dénommée Maudie (incarnée par Catherine Ringer), qui a perdu la raison. Arrêtons là cette énumération, vous aurez tous compris que monsieur Fersen a d’ores et déjà sa place réservée au Pavillon des fous de la chanson française… Au premier abord pourtant, l’album semble moins fou que le précédent, on rit moins et les tubes évidents ne sont pas monnaie courante (à part Pégase et Je n’ai pas la gale). Mais si les morceaux sont légèrement moins immédiats et si l’ambiance est moins à la gaudriole – l’écriture est plus intime, plus émouvante, plus sombre également… –, les thèmes pour le moins inhabituels sont plus que jamais présents. Si l’un des personnages croqués par Fersen déclare avoir Le Tournis et manquer de suite dans les idées, l’univers loufoque de l’auteur est, lui, toujours présent, et aussi séduisant. L’homme a toujours le chic pour trousser de petites ritournelles aux textes surprenants. La production, quant à elle, ne révolutionne pas le genre mais cherche de nouvelles pistes plutôt réussies ; pour sa première réalisation, Fersen a choisi d’évoluer dans un univers entre chanson française classique, ballades poignantes au piano relevées de cordes, rocks enlevés à la Higelin, voire surprenants morceaux de pop planante à la Air/Pink Floyd. Le solo de guitare sur la fin d’un de ces titres (Cosmos) sonne presque « variété », mais sans jamais y tomber véritablement. L’essentiel est ailleurs ; mélancoliquement iconoclaste cette fois-ci, Fersen poursuit néanmoins son bonhomme de chemin en gardant ses côtés farfelus si attachants.

Les dates de la tournée 2005/2006 sont , vous trouverez également des infos et des titres en écoute sur www.totoutard.com.

A lire également : une interview de Thomas Fersen datant de décembre 2003, des chroniques de concerts à Clermont-Fd, Bourges et Paris, ainsi que les critiques de Pièce montée des grands jours et La Cigale des grands jours (DVD).


chronique publiée le 02/12/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire