22/03/2017  |  4776 chroniques, 159 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/03/2017 à 22:12:35
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
You win

The Strugglers
Acuarela / Differ-Ant - novembre 2005

Ca y est, le bulldozer est en marche. Le troisième album de The Strugglers, You win, écrit et composé par Brice Randall Bickford II, est maintenant dans les bacs grâce à la tête chercheuse espagnole Acuarela Discos (distribution Differ-Ant). Ce nouvel opus devrait remettre au goût du jour la musique pour les « sad bastards » comme aime le dire Randy.
Sa voix et sa plume vont faire un malheur auprès de la gente féminine et masculine. Une voix si troublante, si mélancolique, si touchante, qu'elle ne peut que laisser une empreinte indélébile dans le monde difficile de la musique. Comme je l’avais dis dans ma chronique de The Fair Store EP, sorti en 2004, il sublime ses influences lo-fi folk pour s’approprier un univers où le soleil se cache toujours derrière un cœur brisé. Sur le titre You win, qui donne le nom à l’album, on peut entendre : « When you win, you always say that, every year is a critical year »  (« Quand vous gagnez, vous dites toujours cela, chaque année est une année critique »). Pour The Strugglers, 2006 sera une grande année, l’année de la révélation, l’année où Randy pourra quitter son travail pour vivre enfin de sa musique, de sa passion, enfin je l’espère sincèrement... Personne ne peut rester insensible à sa musique, à sa personnalité, à son honnêteté, il offre ici son âme et les musiciens l’accompagnant au banjo, à la mandoline, à la basse, au violon, à la batterie, à la guitare, au piano, aux orgues Hammond ou Rhodes vous offrent leur émotivité. Filez tout de suite écouter quatre titres (lien ci-dessous), je ne peux vous en dire plus ! C’est beau, ça fait pleurer, ça ne laisse pas indifférent. Tournée française à partir du 1er mai 2006… Dates et salles à venir.


www.myspace.com/thestrugglers
www.thestrugglers.org
www.acuareladiscos.com

chronique publiée le 14/12/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire