23/04/2019  |  5170 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/04/2019 à 09:22:38
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Monotone

Andrew Sweeny
Travelling Music - 2005

La première fois qu’on a croisé Andrew Sweeny, c’était à Toulouse, dans un bar aux teintures violettes. Un bar musical coincé entre le Canal du Midi et un dépôt aéronautique... Un bar à la scène en bois vitrifié, sur laquelle trône un piano noir laqué. C’est là, dans cette ambiance un brin cosy, qu’Andrew Sweeny a posé son corps, sa voix, ses mots, ses accords. Avec tous ses petits riens, tout ce qui fait de lui un humain, il a charmé - parfois subjugué - son auditoire. C’est ce soir-là, d’ailleurs, que moult péripéties ont eu lieu, comme la rencontre d'Andrew Sweeny avec les membres de Travelling Music. Une rencontre fortuite qui aboutit presque un an après à un disque : Monotone.

Eternel voyageur du monde et des sentiments, Andrew tisse, au fil de ses compositions, une carte postale de son moi intime. Douze chansons, douze compositions intemporelles où viennent cohabiter les paysages du Canada, les quais pluvieux de la Seine, la campagne antédiluvienne de la Corrèze et quelques paysages du Japon. Un tour du monde forcément subjectif au service d’une folk intemporelle. Andrew n’innove point mais reprend avec brio le flambeau des conteurs américains, se baladant de ville en ville, de bar en bar avec sa guitare pour délivrer un peu de bonheur, un moment musical unique. Quand, en plus, sa guitare s’accorde avec le piano de Burzinski (Pilgrim), cela donne un rare moment de grâce où la voix grave d’Andrew tutoie les sommets vertigineux des gratte-ciels nord américains. Au final, Monotone sonne à l'opposé de son titre, inscrivant Andrew Sweeny au panthéon des étoiles lumineuses de la folk terrestre.


travellingmusic.free.fr

chronique publiée le 16/01/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire