17/11/2019  |  5266 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/11/2019 à 16:22:04
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
From a compound eye

Robert Pollard
Must Destroy Music - 2006

A la tête de ses Guided By Voices, Robert Pollard a sorti (à la louche) une bonne douzaine d'albums. Cette obstination a fini par lui donner une considération pas volée auprès de ses pairs et de ses rejetons indie américains. Pour ceux passés à côté de cette oeuvre de stakhanoviste, Pollard et les Guided By Voices restent ces quadragénaires rigolos qui participent à Une Famille en Or version new-yorkaise dans un clip des Strokes (Someday). Sorte de maître d'arme de la bande à Casablancas, Pollard aurait pu s'adonner, après une carrière si remplie, aux plaisirs de la pêche, du sudoku ou des séries allemandes de début d'après-midi. Au contraire, il persiste avec un premier album solo post-Guided By Voices, pas économe en titres et en temps: 26 morceaux pour 75 minutes.
Imaginez un déjeuner qui commence à midi pour se terminer à l'heure du thé. L'indigestion peut guetter, sauf que Chef Pollard connaît des recettes légères et assez délectables. Au menu donc: des clins d'oeil à Big Star, des hors d'oeuvres un peu louches servis sur leur lit de Television Personalities, de la pop aérienne pour se rincer les tympans, du Who mélangé avec du Sonic Youth avec un fond de Pixies. Roboratif, inégal mais toujours raffiné, From a compound eye revisite vingt ans d'indie rock américain: son esprit de débrouille, ses tubes bordéliques et ses limites.
Et puis écouter le même album que Julian Casablancas, c'est quand même la classe


www.robertpollard.net
www.mustdestroymusic.com

chronique publiée le 14/04/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire