17/10/2017  |  4887 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/10/2017 à 15:00:41
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Passe ton Bac d'abord

V/A
Suave / Rue Stendhal - mars 2006

Que le soi disant retour du rock depuis 2001 donne envie aux adolescents d’acheter des guitares pour faire du punk rock, c’est une très bonne chose : un peu de sang neuf ne fera pas de mal au rock français. Cela nous évitera une nouvelle génération influencée par la Star’Ac et Nouvelle Star… Que les héros de la nouvelle génération soient les Stooges, les Clash, les Kinks, les Strokes, Chuck Berry, Bo Diddley, Patrick Eudeline et Philippe Manœuvre, on ne peut que s’en féliciter, bien sûr. Mais il ne faut pas raconter n’importe quoi non plus ; tous les groupes d’ados qui se bousculent au portillon pour signer des contrats en or ne sont pas (ou pas encore) des génies, contrairement à ce que certains prétendent à longueur d’articles dithyrambiques. Si l’on en croit ces personnes, les groupes présents sur la compile Passe ton Bac d’abord seraient en train d’écrire une page de l’histoire du rock ‘n roll… Pardon ?

Néanmoins, pour avoir fait un trajet – qui s’annonçait sinistre – en bus de la gare RER de Bondoufle au « mythique » stade Robert Bobin de… Bondoufle (où se produisaient les Stooges, le 5 juin 2005) avec les Naast, Second Sex et autres talents prometteurs selon le magazine Elle, on avait pu juger de la fraîcheur, de l’humour et de l’amour aveugle que ces jeunes gens ont pour le rock… et le plus grand fan vivant d’Axl Rose et Slash : Ph. Man.. Ces petits gars là sont déjà de véritables entertainers, c’est bon signe. C’est dans un bus bondé, et rapidement mort de rire, que ces gommeux à peine sortis de l’adolescence (et sapés comme des princes du cool déjanté) enchaînent les sketches hilarants, pour faire les malins. Et c’est réussi : la promenade en banlieue se transforme en happening de 20 minutes, avec de savoureuses imitations du phrasé du rédacteur en chef de Rock ’n Folk plaçant à tout bout de champs des anecdotes sur « le premier album des StOOOOOOOOgeeessssssss ! ». Le soir, après un après-midi passé à jouer au foot (en mocassins, s’il vous plait) sur le stade encore vide, les apprentis rock stars montent sur scène pour se prosterner aux pieds de saint Iggy Pop… et être pris en photo par l’envoyé spécial de R ‘n F. C’est très bien tout ça. C’est très bien aussi que la plus grosse vente des mensuels rock en France soutiennent les jeunes talents iguanophiles en organisant des concerts au Gibus, comme celui qui sert de base au live Passe ton bac d’abord, avec son approximatif produit et mixé par Patrick Eudeline.
Le hic, c’est qu’il n’y a que des groupes parisiens, des combos avec des rédacteurs de Rock ‘n folk dedans (The Hellboys de Nikola Acin) ou des fils de collaborateurs du journal (The Naast). Si tous les morceaux étaient irréprochables, on ne dirait rien, mais on est loin du compte, il faut bien le dire ! Pour un titre des excellents HushPuppies, des percutants The Parisians ou des furies de Pravda, il faut supporter les premiers efforts assez pathétiques des gamins d’Audition, de Violett, de The Naast et de Second Sex, qui écrivent de mauvais morceaux, les jouent mal et… devraient être signés fort logiquement. Alors que quantité de groupes plus doués évoluent loin des projecteurs en province ; à Clermont-Ferrand, par exemple The Elderberries, The Suppositorz et The Kissinmas enfonceraient en bonne et due forme les groupuscules cités plus haut. Le parisianisme des médias est insupportable ; ces gens croient être le centre du monde, et sont réellement étonnés quand ils descendent en région (comme ils disent, ces gros nazes) de trouver des scènes locales actives, des salles de concerts dynamiques et un public connaisseur et motivé. C’est sûr, ce genre de choses peut surprendre les décideurs pour qui aller au stade Robert Bobin à Boudoufle voir Iggy ou, à la rigueur, au Parc de Saint-Cloud assister au set chaotique des Baby Shambles est une aventure humaine à part entière…

Pour en finir avec cette compile Passe on Bac d’abord, c’est une excellente initiative, à renouveler. Mais en évitant un copinage aussi flagrant, en prévenant les artistes qu’imiter Iggy ne donne pas forcément une bonne chanson et en faisant une sélection plus rigoureuse. Cela étant dit, les jeunes musiciens ont tout à gagner à jouer en concert très tôt, à se frotter au rock business rapidement, comme en Angleterre ; car, si la France est sur la bonne voie de ce point de vue, de nombreux groupes présentés sur ce live sont très loin de la qualité des morceaux du premier effort des quasi adolescents d’Arctic Monkeys, par exemple. Ironie du sort, sur Passe ton Bac d’abord, le sobrement classe (en concert, pas sur l'intégralité de son dernier disque) Patrick Eudeline est un des jeunes talents qui s’en sort le mieux devant le public du Gibus… Il faudrait seulement lui signaler que ses choix en matière de relève sont parfois très surprenants.

Sites Internet : www.myspace.com/eudeline, www.hushpuppiestheband.com, www.myspace.com/hushpuppies, www.myspace.com/secondsex.


chronique publiée le 21/04/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire