11/12/2017  |  4922 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 05/12/2017 à 20:15:54
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Going to where the tea-trees are

Peter Von Poehl
tôt Ou tard / Warner Music France - 2 mai 2006

La courte prestation du songwriter d’origine suédoise Peter Von Poehl en première partie de Thomas Dybdahl - en juin 2005, à la Boule Noire - avait laissé entrevoir un potentiel énorme ; sur son premier album, Going to where the tea-trees are, on retrouve tout ce qui nous avait charmé en concert. Une voix magnifique, des compositions (de haut niveau) à la Nick Drake, à la Beach Boys, à la Lennon ou à la R.E.M., une incroyable simplicité (en apparence) dans l’écriture, des mélodies accrocheuses : il y a tout ça dans les morceaux du guitariste de Bertrand Burgalat. Mais il y a bien plus encore sur ce premier disque. Peter Von Poehl et Christoffer Lundquist (qui ont produit le disque à quatre mains) se sont en effet attachés à habiller chaque titre avec des arrangements délicieusement hors du temps, originaux et évocateurs. Guitares vintage, basse rebondie, batterie effleurée, saxophone classe, boite à rythmes préhistorique, cuivres, cordes, orgue Hammond, voix belle à donner la chair de poule ; le disque est une véritable caverne d’Ali Baba renfermant tous les trésors de la pop des années 60 jusqu’à nos jours. Parfois, on pense même carrément aux merveilles créées par le génial démiurge Brian Wilson, pour ce foisonnement de sons propices au décollage vers d’autres sphères. A découvrir sur disque… et sur scène.


www.petervonpoehl.com
www.myspace.com/petervonpoehl
www.totoutard.com

chronique publiée le 26/04/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire