17/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
S/T

Kid Francescoli
Les Chroniques Sonores - mai 2006

Marseille nous a toujours fait rêver, pour son côté cosmopolite, son soleil et ses joueurs de foot lors de la grande époque de l’Olympique de Marseille… On se souvient en particulier du génial attaquant uruguayen de l’OM, idole du jeune Zinedine Zidane : Enzo Francescoli, qui donne une partie de son nom au groupe marseillais dont il est question ici. Ses dribbles chaloupés, sa classe naturelle sur le terrain et ses buts enthousiasmants (on a encore en tête un génial retourné en pleine lucarne) resteront dans notre mémoire de minot passionné de foot… et dans l’histoire du football. On souhaite donc évidemment à Kid Francescoli de laisser une marque aussi profonde dans le domaine de la musique. Sans en être là, le premier album vient de paraître, ce quatuor dévoile de belles promesses avec sa pop mélangeant, entre autres, les envolées planantes de claviers vintage/guitares façon Grandaddy, les choeurs à la Beach Boys, les rythmes de batterie de Jesus and Mary Chain, les guitares saturées de My Bloody Valentine, les passages électroniques minimalistes et les atmosphères folk pop du label espagnol Acuarela Discos. Le cocktail est aussi frais et coloré que séduisant et accrocheur ; les morceaux gorgés de mélodies, truffés de charmants petits détails sonores et portés par des voix douces et mélancoliques donnent des envies de vacances et de farniente… Un disque idéal pour la saison estivale qui s’annonce, à savourer sur le champ en roulant en Vespa sur une route de campagne baignée de soleil, par exemple. Marseille all stars : 1, Sélection du reste du monde : 0.

A lire également, les chroniques des disques de Quaisoir, Nicholson et de la compilation L'heure pop.

Sites Internet : http://kidfrancescoli.com, www.leschroniques-sonores.org, www.myspace.com/kidfrancescoli.


chronique publiée le 28/05/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire