15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Taormina

Jean-Louis Murat
Scarlett / V2 Music - 28 août 2006

Dans la lignée de ses précédents disques, c’est à dire entre folk/pop langoureuse, blues/rock rustique et chanson à textes poétiquement marquants, le nouvel album de Jean-Louis Murat est néanmoins une sorte de nouveau départ. Car si Taormina est muratien en diable, son processus de création (plus long qu’à l’accoutumée), sa production (il a été autofinancé, après la séparation avec Labels/EMI) et les thèmes abordés (la mort, souvent en filigrane dans ses écrits, est ici omniprésente) tranchent singulièrement avec les derniers albums. Murat signe un disque captivant de bout en bout en compagnie de ses musiciens habituels - les très classe Stéphane Reynaud et Fred Jimenez à la section rythmique, auxquels s’ajoutent sur certains titres la femme de JLM, Laure, aux chœurs et Christophe Pie à la batterie. Grâce à cette équipe de choc, l’auditeur découvre douze morceaux portés par un Murat très en verve au niveau des parties vocales et guitaristiques. D’humeur maussade à cause des aléas de la vie, JLM est parti mesurer sa peine en Sicile, à Taormina, et il en est revenu avec des textes mélancoliques, sombres et lucides, mais illuminés par un amour intact pour les plaisirs de la vie. Si les deux meilleurs titres sont placés à la fin - la superbe envolée rock 'n roots à la John Fogerty, Accueille moi paysage, et le prenant Gengis, joué au piano -, le single Caillou et la plupart des titres intriguent et/ou saisissent, pour mieux emporter dans les méandres de l’univers clair/obscur de Murat (Le chemin des poneys, La raie manta, L’heure du berger... ). En empruntant le chemin des poètes, Murat continue à placer les mots au centre de son œuvre, tout en apportant un soin maniaque à la qualité de ses musiques et de ses mélodies, encore une fois réussies sur Taormina.

A consulter, une interview de JLM à propos de Taormina.

A lire également : des entretiens avec Murat en octobre 2004 (sur A bird on a poire), octobre 2003 (sur Lilith) et juin 2003 (sur le concert pour Koloko), ainsi que les comptes-rendus des concerts à Clermont-Ferrand (Koloko juin 2006), Sédières, Clermont-Fd (pour Koloko 2005), Issoire en avril 2005, au Café de la Danse à Paris, à Aurillac

Sites Internet : www.jlmurat.com, www.bangbang.fr.fm, www.v2.fr, www.taormina.fr.


chronique publiée le 01/09/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire